Partager

Demain, mardi le 04 novembre 2008, les Américains éliront leur président. En lice pour le dernier virage Barak Obama et John Macain. Autrement dit, les deux partis qui se disputent la Maison Blanche à chaque élection, sont celui des Démocrates et des Républicains, les deux partis qui se succèdent toujours à la tête de l’Etat fédéral américain.

Selon bien de sondages réalisés aux USA et à travers l’Afrique, Obama a toutes les chances de remporter l’élection unique en leur genre dans l’histoire des Etats-Unis d’Amérique.

En fait, au plan financier et selon des sources indiquées, l’élection qui se déroulera demain aux USA a englouti beaucoup plus de dollars que toutes les élections qu’ont connues les USA.

Au plan politique, pour la première fois un Noir est absolument à la porte d’entrée de la Maison Blanche. Mais la sagesse intellectuelle exige la prudence car ce ne sont pas les sondages qui sont déterminants dans la mesure où les électeurs ne sont pas absolument prévisibles. Leur caractéristique première est qu’ils vacillent jusqu’à la dernière minute. En tout cas, les pronostics en faveur de Obama vont bon train ici en Afrique. Aussi nul doute que les Noirs Africains soutiennent mordicus dans leur écrasante majorité le candidat démocratique Obama.

La maison que l’on ne cesse de marteler à tout de champ, c’est que lorsqu’un Noir arrive à la magistrature suprême des Etats-Unis ce serait pour le bonheur de tous les Noirs des USA, d’Afrique et du reste du monde. Si Obama est élu, ce serait une première aux USA de voir un Noir diriger cet Etat fédéral si vaste et si englouti dans les contradictions superbement entre tenues par les nantis.

A première vue pour les Africains, Obama incarne la promesse de tout le continent noir et cela à cause qu’il est lui-même un Noir. Ce soutien majoritaire des Africains s’explique par le fait que pour bien d’entre eux, ce sont les Noirs qui sont sensibles à la condition des Noirs. Mais cette approche est non seulement superficielle, mais elle a ceci de dramatique qu’elle camouffle les intérêts de classes dans de petites considérations de couleur. Un adage français nous indique que les oiseaux du même plumage font le même ramage. Koffi Anan n’a pas prouvé autre chose à la tête des Nations Unies! Il est pourtant Noir.

Obama et Macain représente les intérêts fondamentaux de la classe des industriels américains. Ne pas le saisir de façon évidente, c’est se rendre coupable d’obscurantisme béat. Lorsque des élections jamais vues au plan des dépenses se préparent à coût de milliards de dollars, il faut dire que ces candidats sont des plus nantis dans ce grand pays de l’Ongle SAM. Ils sont donc incontestablement des éléments de la bourgeoisie américaine. Or il y a cette vérité fondamentale que la bourgeoisie ne partageant pas les mêmes intérêts fondamentaux que les prolétaires est assurément à l’antipode du prolétariat, c’est à dire des peuples laborieux. Comme pour dire que les deux candidats représentent, chacun à sa façon les intérêts fondamentaux de cette bourgeoisie.

Il y a cette autre vérité que la constitution américaine est taillée à la mesure du capitalisme et donc selon la volonté et les intérêts majeurs des nantis (industriels ou non). Il ne faut pas se faire des illusions aberrantes, Obama et Macain ne peuvent pas ne pas obéir à ce choix majeur de la classe capitaliste bourgeoise qui n’a jamais vécu autrement que par l’exploitation et l’oppression des masses travailleuses. Cela est si évident que dans le pays de l’Ongle SAM, les vols à mains armées, les attentats, les piratages de l’air, les assassinats d’hommes au quotidien sont, entre autre, l’expression de la misère et de l’humiliation d’une bonne partie de la population américaine.

Ces offres sont donc, à n’en pas douter, l’expression du fossé qui ne cesse de se creuser entre les riches et les pauvres. Par ailleurs, il importe de faire remarquer que les Etats-Unis d’Amérique ont toujours vécu des guerres qu’ils ont pour la plupart imposées aux peuples laborieux. Ainsi, s’ils n’ont pas été le théâtre des opérations militaires dans la seconde guerre mondiale, créée de toutes pièces par ceux (nazis, fascistes, en tout cas capitalistes) qui voulaient développer leurs richesses capitalistes par le sang des peuples et pour un leadership mondial.

Les USA en ont profité. Cela est d’autant exact que si les pays de la Société des Nations (SDN) ont toujours laissé Hitler faire, c’est parce qu’ils voulaient un combat qui sera fatal à l’option socialiste de gestion des affaires. Et comme on le sait aussi, la Seconde Guerre est la suite logique d’une première voulue et engagée pas les mêmes capitalistes.

C’est d’ailleurs pourquoi, Vladimir Illich Oulianov Lénine, à la tête du jeune Etat socialiste soviétique, a tout simplement déclaré que cette sale guerre mondiale n’était ni de près, ni de loin une affaire des peuples laborieux de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) et donc pour cette raison fondamentale, il a retiré les troupes russes de cette sale guerre des oppresseurs contre d’autres oppresseurs. Comme on le voit donc, les deux guerres mondiales sont les expressions parlantes des contradictions profondes au sein des pays capitalistes. Pour tailler donc l’histoire, des historiens ont interprété la Seconde Guerre mondiale comme l’expression de la volonté hégémonique d’Hitler.

La sale guerre d’agression imposée au peuple laborieux de Corée par l’impérialisme USA suffisamment prouve que le capitalisme ne peut vivre que de la guerre. C’était de 1950 à 1953. L’on oublie pas un seul instant la guerre du ViêtNam, de Dien Bien Phu orchestrées toutes deux par les mêmes intérêts capitalistes. Les 2è guerres imposées au peuple irakien par l’administration américaine sont tout simplement l’expression de la volonté de la classe bourgeoise américaine de circonscrire les récessions économique sur le sang des Irakiens. L’argument fallacieux avancé à savoir l’existence d’armes de destruction massive en Irak a montré tout son fond calamiteux, mensonger et sioniste.

Quelle guerre s’est-elle déroulée ou se déroule sur le continent africain et qui n’est pas provoquée par la recherche d’intérêts capitalistes sordides? Ces guerres larguées et imposées à l’Afrique sont la suite logique de la volonté des ex-colonisateurs de continuer à gérer les peuples africains à leur convenance. C’est pourquoi N’krumah a dit que « Les Blancs sont partis pour mieux rester« . Cela saute aux yeux aujourd’hui quand on sait que la quasi totalité des chefs d’Etat africains sont les relais purs et simples des intérêts néocoloniaux.

Pendant ce temps, les peuples africains se meurent de tous les maux sans le moindre espoir d’un lendemain meilleur. Ces nombreuses guerres que nous connaissons aujourd’hui en Afrique étaient prédites par le congolais Patrice Emery Lumumba lui-même assassiné par les mains des valets congolais du capitalisme belge et cela sous la coupole indicible de l’O.N.U. En tout cas, l’avion U2 des casques bleus en dit long au Congo, aujourd’hui RDC. Lumumba disait à la face des peuples d’Afrique : « La dernière bataille du colonisé contre le colonisateur, sera la guerre entre les colonisés eux-mêmes« .

A moins de nourrir d’illusions aberrantes sinon, il est clair que les régimes capitalismes, quels qu’ils soient, ne peuvent survivre longtemps que par l’oppression et l’exploitation ignobles des peuples laborieux de la terre et cela masqué par le saupoudrage politico- médiatique -culturel que l’Occident capitaliste ne cesse d’entretenir partout et donc aussi en Afrique par bien de dirigeants de ce continent qui sont dans les faits totalement à l’antipode des intérêts fondamentaux de leurs peuples laborieux. Aujourd’hui, plus qu’hier, la lutte des classes reste le moteur de l’histoire. Ne pas le dire, c’est vouloir cyniquement jeter la poudre aux yeux des peuples laborieux, des aveugles.

L’on peut donc dire, sans risque de se tromper, que l’administration américaine est une rupture dans la continuité entre les Républicains et les Démocrates qui, au-delà des masques politico diplomatiques, restent les ténors du capitalisme réactionnaire américain fort de ses nombreuses mandibules euro- africaines. Il apparaît donc clairement qu’au-delà du tapage politico- médiatique autour des chances de voir l’Amérique enfin changer, il ne faut pas se tromper un seul instant : les oiseaux du même plumage sont absolument du même ramage quand on regarde au fond.

L’élection d’Obama ne peut nullement servir les intérêts supérieurs des peuples laborieux américain, européen et africain. Car fondamentalement Républicains et Démocrates John Macain et OBAMA ont un seul objectif à savoir: le développement de la bourgeoisie américaine aux dépens des masses laborieuses partout où elles se trouvent. C’est donc à juste raison qu’il faut comprendre que Macain ou Obama ce sont toujours les intérêts bourgeois qui comptent au fond.

Obama ou Macain, c’est pratiquement la même chose à la Maison Blanche. Ils ne serviront que les intérêts fondamentaux d’une mondialisation du système capitaliste. Les peuples africains et leurs intellectuels responsables ont aujourd’hui, plus que jamais, un devoir impérieux: « Travailler à sortir les peuples africains du joug du capitalisme monopoliste et de ses valets euro-africains ». C’est seulement ainsi que ces peuples laborieux pourront se libérer véritablement de leur situation de damnés de la terre.


Fodé KEITA

03 Novembre 2008