Partager

La Cour constitutionnelle a reçu dans les délais et dans la forme prescrits par la loi électorale, dix candidatures pour cette élection partielle de Bougouni, a indiqué Amadi Tamba Camara.

Il a toutefois noté que la Cour a rejeté une candidature pour non paiement de la caution de 50 000 Fcfa. Il s’agit de la candidature d’Adama Doumbia du parti « Espoir Réel » (PER). Les neuf autres candidatures validées : Wassa Dembélé (l’UDM), Seydou Diawara (URD), Moussa Diakité (SADI), Mme Makoura Koné (FCD), Mme Samirah Touffic Damen (BARICA, le parti du député décédé), N’Golo Traoré (CODEM), Djakaridia Diakité (RPM), Broulaye Samaké (MPLUS-RAMATA).

Les réclamations éventuelles dirigées contre ces candidatures doivent être déférées à la Cour constitutionnelle dans les 24 heures qui suivent la présente proclamation.

Il faut sans doute rappeler que cette élection législative partielle de Bougouni a été imposé suite au décès du député Mamadou Sinayogo dit « Gaucher » du Bloc des alternatives pour la renaissance, l’intégration et la coopération africaine (Barica). Le scrutin se déroulera simultanément avec les élections communales le 26 avril prochain. Une expérience inédite pour les électeurs de Bougouni.

À propos de cette élection partielle couplée avec les communales, le directeur national de l’Intérieur, Boubacar Sow, a récemment effectué une visite à Bougouni où il a rencontré les acteurs politiques et l’administration locale. Objectif : informer, débattre et discuter du couplage des deux scrutins, une première dans notre pays.

Boubacar Sow avait évoqué avec ses interlocuteurs, les contraintes, les exigences et les avantages du scrutin couplé, ainsi que toutes les dispositions prises par le département de l’Administration territoriale et des Collectivités locales pour réussir ce challenge. Le directeur national de l’intérieur a recensé des inquiétudes portant sur la confusion qui peut gagner des électeurs à majorité analphabètes dans un bureau de vote, face aux bulletins de vote et à deux urnes différentes.

Boubacar Sow avait expliqué que des mesures adéquates seront prises dans le cadre de la formation des présidents de bureau de vote et de leur personnel pour orienter correctement les électeurs dans l’accomplissement de leur devoir civique. Des sketches sont également prévus à la télévision pour expliquer au public la manière de voter (Voir l’Essor du lundi 16 mars).

M. KÉITA

Essor du 23 Mars 2009