Partager

Les résultats définitifs du premier tour de l’élection présidentielle en Guinée n’ont pas encore été proclamés par le Cour suprême. Mais il ne fait pas de doute que le fauteuil de président se jouera entre Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, tous les deux arrivés largement en tête le 27 juin 2010. Si les deux candidats ont été plébiscités par la population ils n’ont pas encore la majorité absolue qui leur permettra de l’emporter au second tour. Il faut donc, avant cette échéance, obtenir le maximum de soutien.

jpg_election-guinee.jpgC’est l’une des bizarreries du jeu démocratique : entre les deux tours d’une élection les hommes et les femmes les plus courtisés sont les perdants. Chacun des deux participants au second tour espèrent que ces candidats malheureux appelleront les électeurs à le soutenir.

Dans cette course au soutien, Cellou Dalein Diallo part avec une longueur d’avance sur Alpha Condé. Lors du premier tour il a totalisé près de 40% des suffrages et il ne lui manque qu’un peu plus de 10 points pour être élu. Alpha Condé doit rassembler beaucoup plus pour atteindre la majorité absolue puisqu’il lui faut, en effet, 30 points.

Quatre candidats du premier tour pourront faire pencher la balance. Sidya Touré tout d’abord, il conteste les résultats du premier tour, mais avec plus de 15% des voix il peut à lui seul forcer la décision. Seront également courtisés Lansana Kouyaté, qui a obtenu quelque 8% des suffrages du premier tour, Papa Koly kourouma, environ 5%, Ibrahima Abe Sylla, 3%.

Les visites entre candidats ont d’ores et déjà commencées mais pour l’instant tous restent discrets. La Cour suprême n’a, il est vrai, pas encore proclamé les résultats définitifs du premier tour.

Article publié le : lundi 05 juillet 2010 par RFI.FR.

……………..

Contestations en Guinée après les résultats du premier tour de l’élection présidentielle

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle en Guinée ont été annoncés vendredi 2 juillet 2010. L’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo et l’opposant historique Alpha Condé s’affronteront lors du second tour. Mais Sidya Touré, le candidat de l’UFR arrivé troisième, conteste ces résultats. Et tout comme Lansana Kouyaté, quatrième avec 7,75% des voix, Il dénonce des fraudes massives.

Arrivé troisième avec 15,5% des voix, Sidya Touré est persuadé d’une chose : il a été purement et simplement spolié. Le candidat de l’UFR estime que la Commission électorale, la CENI, a manipulé les chiffres en sa défaveur et qu’il aurait du être présent au second tour.

« Tout a changé avec l’irruption d’un informaticien de l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie) chargé d’appuyer la CENI » affirme Sidya Touré. A partir de là, des PV qui auraient du être annulés ne l’ont pas été et en revanche d’autres qui étaient favorables à l’UFR ont été annulés.

Sidya Touré, très en colère, estime que des interférences inacceptables au sein de la CENI ont eu lieu. Selon lui, les chiffres sont imaginaires. Il attendra donc que la Cour suprême se prononce sur les recours déposés par son parti avant de reconnaitre ou non le scrutin.

Le candidat arrivé en quatrième position, Lansana Kouyaté, a lui aussi l’intention de déposer des recours. Il estime, pour sa part, avoir été lésé notamment en Haute-guinée où la CENI n’aurait pas pris en compte des irrégularités aussi grave que des bourrages d’urnes et des bureaux fictifs. La Cour suprême a désormais huit jours pour examiner ces plaintes.

Article publié le : dimanche 04 juillet 2010 par RFI.FR