Partager


Le sous-préfet de l’arrondissement de Kalabancoro est accusé par les notabilités de Dialakorodji d’empiéter les textes relatifs à l’élection des conseils de village. Le département de l’Administration territoriale est interpellé.

L’élection des conseillers fait grand bruit depuis un moment dans beaucoup d’endroits du pays. La Commune rurale de Djalakorodji dans l’arrondissement de Kalabancoro ne fait pas exception. Depuis quelques jours, un bras de fer oppose les notabilités du village au sous-préfet de Kalabancoro, Ibrahima Koïta.

Le représentant de l’administration est accusé de fouler au pied les textes régissant l’élection des conseillers de villages.
« Il n’y aura pas d’élection des conseillers municipaux chez nous sans la liste consensuelle faite le 30 mai et déposée à la sous-préfecture de Kalabancoro ». C’est l’avertissement lancé par les notabilités de Dialakorodji à l’endroit du sous-préfet de Kalabancoro.

Ce ras-le-bol des anciens du village fait suite, selon eux, à la mise à l’écart de la liste consensuelle établie par les représentants des 7 secteurs informels du village. Dans une lettre adressée aux autorités de tutelle et dont une copie a été déposée à notre rédaction, les sages du village dénoncent le comportement de M. Koïta qui a rejeté la liste officielle des 11 conseils pour imposer une liste de son choix.

Selon les dissidents, la liste consensuelle a été faite conformément au vœu du sous-préfet qui, lors de son passage dans le village, avait demandé à la population que « la meilleure façon de constituer un bon conseil serait l’entente ». Aux dires des notabilités, la population s’est concertée afin de faire une bonne répartition des onze conseils.

C’est ainsi que le dimanche 4 mai dernier, les notabilités et personnes ressources se sont retrouvées pour se mettre d’accord sur la méthode consensuelle, la répartition des 11 conseils entre les secteurs du village. A l’issue d’une 2e réunion, il a été décidé 3 conseillers pour Noumoubougou, 3 pour Dialakorodji-Village, un conseiller pour Sibasaba, Cocody, Dembébougou, Kognoumani et Heremakono, désignés au cours d’une assemblée générale.

Après l’approbation, le 30 mai, une délégation a été constituée pour apporter la liste et les procès-verbaux au sous-préfet. « A notre grande surprise, le sous-préfet a convoqué des notabilités pour leur demander des explications à propos de la liste consensuelle déposée. Il a rejeté cette liste pour imposer une de son choix sur laquelle ne figurent que 3 noms de la liste consensuelle ».

Joint au téléphone, le sous-préfet M. Koïta sans faire de commentaire dit n’avoir fait qu’appliquer les textes. A la mairie de Djalakorodji, l’information livrée par le sous-préfet est récusée. « Le sous-préfet a changé la liste selon son vouloir et a mis des noms que les concertations n’ont pas retenus ».

En tout cas, à Dialakorodji, l’heure n’est pas à l’accalmie. Tous sont unanimes que « si le sous-préfet veut faire élire sa liste qu’il le fera sans les notabilités et les populations ».

Le département de l’Administration territoriale est interpellé.

Amadou Sidibé

21 Juillet 2008