Partager

Les membres du comité de suivi du contrat plan Etat, Office du Niger et producteurs se sont retrouvés à Ségou pour faire l’évaluation du contrat plan 2008-2012 et élaborer un nouveau contrat plan qui s’étalera sur la période 2014-2018. La réalisation de ce nouveau contrat plan va mobiliser 483 milliards de nos francs. Durant cette période, l’Office du Niger compte produire 1 122 000 tonnes de riz paddy et augmenter la production des fruits et légumes.

Cette session du comité de suivi du contrat plan était présidée par Sidiki Traoré, conseiller technique au ministère de l’économie et des finances. A l’entame de son discours, Sidiki Traoré a salué les réalisations enregistrées durant la période 2008-2012. Les difficultés que notre pays a connues en 2012 n’ont pas affecté la performance de l’ON. C’est ce qui a amené le conseiller technique à déclarer que l’Office du Niger est un symbole de potentiel agricole et un instrument capable de créer des opportunités pour atteindre l’autosuffisance alimentaire.

Le nouveau contrat plan qui vient d’être élaboré est, selon lui, l’engagement du gouvernement à consolider la dynamique de performance obtenue. Il a encouragé les acteurs à poursuivre les objectifs du contrat plan 2008-2012.Le nouveau contrat plan entend poursuivre les aménagements hydro agricoles, l’amélioration du système d’irrigation, l’encadrement des producteurs, du personnel et la poursuite de la mécanisation agricole.

Le coût total de cette réalisation est estimé, selon le nouveau PDG, Ilias Goro à 483 milliards de F CFA. Ilias Goro a affirmé que durant la période 2014-2018, l’ON va atteindre 1 122 000 tonnes de riz paddy. A côté du riz, le 1er responsable de l’ON a déclaré qu’un accent sera mis sur le maraichage, notamment par la production de la pomme de terre, de la tomate de l’échalote.

Les participants à la réunion ont fait des recommandations qui pourront contribuer à la réussite du nouveau contrat plan. Il s’agit de faire l’audit des baux, de continuer les aménagements à l’intention des entreprises agricoles familiales, de promouvoir la mécanisation.

Ils ont exhorté au réajustement du financement attendu de l’Etat en fonction du programme triennal d’investissement, la redynamisation du cadre de concertation avec les PTF et faire une évaluation à mis parcours du contrat plan.

Envoyé spécial à Ségou

Moussa SIDIBE

06 Janvier 2014