Partager

Koweït (AFP) – Le chef de l’armée égyptienne Abdel Fattah al-Sissi, architecte de la destitution du président islamiste Mohamed Morsi et nouvel homme fort du pays, a annoncé jeudi à un journal koweïtien qu’il serait candidat à la présidentielle prévue dans les trois mois. L’annonce est sans surprise et il est assuré de l’emporter, l’armée ayant demandé la semaine dernière au très populaire maréchal Sissi, 59 ans, de se présenter à la présidentielle. « Oui, la question a été tranchée. Je n’ai pas d’autre choix que de répondre à l’appel du peuple égyptien », déclare le maréchal Sissi dans une interview publiée par le quotidien koweïtien Al-Seyassah. M. Sissi affirme que « l’appel (du peuple) a été entendu partout et je ne le rejetterai pas. Je demanderai un renouvellement de la confiance du peuple à travers un scrutin libre », ajoute-t-il. Il a déclaré qu’il demanderait l’aide du peuple pour « guérir l’Egypte de sa maladie chronique, qui s’est aggravée au cours des dernières années », dans une allusion aux Frères musulmans. Mais il a insisté sur le fait qu’il ne donnerait pas de faux espoirs au peuple égyptien quant à une résolution rapide des problèmes. « Nous ne nous jouerons pas de leurs espoirs et nous ne leur dirons pas que nous avons une baguette magique ».