Partager


La programmation des vols de la compagnie « Go Voyages » risque de connaître des perturbations ce mardi: depuis quelques jours, le personnel de cette agence n’arrive pas à travailler. Pour la simple et bonne raison que le toit de son siège de l’ex-immeuble Air Afrique s’est effondré, causant beaucoup de dégâts matériels. Heureusement qu’il n’y a pas eu de perte en vies humaines, le drame s’étant produit dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26 janvier aux environs de 4 heures du matin. Et c’est vers 6 heures du matin que le premier responsable de « Go Voyages » en la personne de Ben Hacko en a été informé.

Dès son arrivée, ce dernier n’en croyait pas à ses yeux. Les dégâts sont inestimables puisque le matériel informatique et logistique – ordinateurs et autres appareils – a été totalement détruit. Même les machines qui servaient de contact permanent avec la maison mère, Go Voyages France, et les nombreux partenaires, ont été détruites.

Le pire est que la mémoire de la société est ainsi complètement détruite. Selon un responsable de l’entreprise, les dégâts causés sont estimés à des centaines de millions de F CFA. Les différentes expertises menées ont estimé que les raisons de ce drame sont à 100 % dues à un défaut de construction de l’immeuble.

Selon les informations recueillies, cet immeuble a été construit par une entreprise de la place du nom de CDE il y a de cela quelques années. Depuis la disparition de la compagnie Air Afrique, l’immeuble appartient à l’Etat. « Vous savez qu’au Mali tous les immeubles sont mal construits. Les architectes ne respectent plus les normes qu’il faut pour faire un bon bâtiment. Ils ne voient que l’argent. Voilà aujourd’hui le résultat avec les dégâts causés à Go Voyages. On n’arrive plus à travailler« , s’indigne un employé de l’entreprise.

Dès le drame, la compagnie d’assurances Colina SA, assureur de l’immeuble, a envoyé une équipe sur le terrain afin de procéder à une expertise. En attendant, la direction de Go Voyages, société de droit malien dirigée par un opérateur économique privé, en l’occurrence Ben Hacko, souhaite qu’elle soit mise dans ses droits le plus rapidement possible.

Ce dernier nourrit beaucoup d’ambitions pour le Mali: on se rappelle que l’inauguration officielle de Go Voyages Mali a eu lieu en juin 2006. C’était sous la présidence du ministre de l’Artisanat et du Tourisme, N’Diaye Bah, et en présence d’éminentes personnalités. En un laps de temps, l’entreprise est devenue une compagnie aérienne de référence avec des vols réguliers chaque mardi. L’arrêt de travail dû au sinistre a une conséquence néfaste: la mévente des billets.

« Ce que nous craignons, c’est la mévente des billets. Mais nous allons prendre toutes les dispositions pour reprendre, le plus vite possible, la vente des billets. Nous comptons bientôt demander réparation« , nous a confié un responsable de Go Voyages.

En entendant, le personnel de cette compagnie a trouvé un local dans le même immeuble afin de continuer à mener à bien ses opérations.

ABH

30 janvier 2007.