Partager

Pour les élèves déplacés de certaines académies d’enseignement touchées par la crise qui a secoué en 2012 notre pays, l’espoir d’une reconstruction des infrastructures et d’une relance rapide de l’enseignement est désormais réel. Le gouvernement, avec l’appui de la Banque Mondiale, vient de lancer un projet d’urgence Éducation pour tous.

D’un montant d’environ 21 milliards de FCFA, ce projet cible les enfants déplacés et les écoles communautaires de 7 académies d’enseignement. Il comprend trois composantes: l’amélioration de l’accès aux services d’éducation de base dans les zones ciblées; l’amélioration de l’environnement d’apprentissage des élèves et des rendements scolaires et la gestion du projet, suivi et évaluation.

D’une durée de trois ans, le projet d’urgence prévoit la construction et l’équipement de salles de classes nouvelles ou des extensions d’écoles, afin de pouvoir gérer les flux d’élèves suite aux mouvements internes de populations. Le projet d’urgence Education pour tous appuiera aussi la mise en place de Comités de gestion, avec l’implication des structures décentralisées et déconcentrées, et assurera que les membres des comités de gestion seront bien formés.

Pour Pierre Kanaro, Chargé de projet à la Banque Mondiale, le projet, qui appuiera aussi les cantines scolaires, permettra aussi de construire des mécanismes de résilience, afin de prévenir les crises ou d’atténuer leurs impacts. Le Chargé de projet de la Banque Mondiale a, en outre, pointé du doigt d’autres avantages de cet important projet.

Il s’agit, entre autres, de la formation des enseignants et de l’organisation de cours de rattrapage en faveur des élèves victimes de la crise. Tout en souhaitant que les parents jouent un rôle majeur dans le retour des enfants à l’école, Pierre Kanaro a souligné l’engagement des partenaires à accompagner notre pays. Il a aussi souligné la détermination de la Banque à veiller à la bonne utilisation des ressources allouées.

Pour sa part, le ministre de l’Education Nationale, Mme Togola Jacqueline Marie Nana a donné l’assurance que son département prendrait toutes les dispositions nécessaires pour la mise en œuvre de toutes les composantes du projet, conformément aux termes de l’Accord de don et aux dispositions du Manuel de procédure. Selon elle, la réalisation de ce projet permettra à plus d’enfants maliens de jouir de leur droit universel à l’éducation et elle a tenu à manifester toute sa gratitude à l’égard des partenaires techniques et financiers de notre pays.

Yaya Samaké

04 Novembre 2013