Partager

Les cours ont commencé par les élèves des 10ème années. Ils s’étendront progressivement aux autres classes. Depuis quelques années, le ministère de l’Education et ses partenaires déploient d’importants efforts pour intégrer l’informatique dans notre système éducatif, notamment dans les lycées publics. C’est dans ce cadre qu’un vaste programme d’équipement en matériels informatiques a été lancé en 2005 avec la création des centres d’informatiques au sein des lycées de la capitale et à travers le pays.

Ces centres d’informatique sont des endroits où l’élève peut trouver plusieurs ordinateurs et autres périphériques comme des serveurs, des imprimantes, des scanners, mais surtout l’internet. Le but du programme est de permettre de les familiariser aux machines et apprendre certains modules de base notamment Windows, World, Excel et l’Internet. Il s’agit également d’éveiller le goût des élèves pour l’outil informatique devenu indispensable. Au début du projet, l’apprentissage de l’informatique était volontaire. Mais pour l’année scolaire en cours elle a été introduite en tant que matière obligatoire pour les élèves des classes de 10ème année.

L’année prochaine, le ministère compte étendre la discipline à d’autres classes notamment les 11ème et 12ème terminale. Au lycée Askia Mohamed, les élèves ont déjà intégré l’informatique qui apporte beaucoup à leur méthode d’apprentissage. Mamadou Kamano Bagayoko gestionnaire de la salle informatique du lycée Askia Mohamed a expliqué que son centre d’informatique facilite l’apprentissage des élèves. « Beaucoup d’élèves qui ont déjà accès à l’informatique font leurs recherches sur Internet et ils se sont familiarisés avec l’informatique. Ils sont vraiment intéressés notamment les élèves des séries Sciences biologiques (SB) ou Sciences exactes (ES).

Les autres séries participent aussi pour apprendre l’informatique » a commenté notre interlocuteur. Au passage de notre équipe, les élèves ont manifesté leur joie pour l’installation du centre d’informatique dans leur lycée. Parmi eux, Kouloubaly Aboubacar de la SBT. Il a expliqué que la formation en informatique du lycée lui a apporté beaucoup de connaissances. « J’ai appris l’informatique avant ce centre. Au début je m’amusais sur l’ordinateur. Mais j’ai su que l’ordinateur n’est pas que ça. J’ai appris beaucoup de choses ». Il ajoute « Parfois nos professeurs nous donnent des sujets et nous renvoient à faire des recherches sur Internet. C’est très intéressant » Fatou Samassékou est élève en SET. Elle nous raconte que c’est l’année dernière qu’elle a commencé à apprendre l’informatique. Je me débrouillais déjà ». Ibin Yamin Mohamadou et Mahamadou Maiga élèves de la LLT sont aussi très contents d’avoir un centre d’informatique dans leur lycée. Ils expliquent que grâce à ce centre ils se sont familiarisés à l’ordinateur et peuvent même faire de recherches sur Internet. Au lycée Alfred Garçon de Médine, les élèves ont eux aussi intégré l’informatique à travers le centre informatique de leur école.

Lassine Cissé qui est chargé de la gestion scolaire et de la surveillance de la salle d’informatique a indiqué que le centre est une bonne initiative qui permet aux élèves d’apprendre l’ordinateur et de initier à l’utilisation des logicielles Windows, le Word, l’Excel et aussi l’accès à Internet pour les recherches. « Le centre d’informatique était bien organisé, les élèves s’intéressent à l’informatique, surtout ceux des 10ème années. Avant chaque élève payait 500 FCFA pour s’inscrire au cours d’informatique. De même pour la connexion chaque élève paye 100 FCFA par heure » a expliqué Diarra qui indiqué que l’argent sert à servir au dépannage et à l’entretien des machines. Pour Bassa Aissata et Mahamane Maïga de la SBT, le centre d’information a permis de faciliter leurs travaux de recherches. « Nous avons commencé la formation depuis la 10ème année, nous faisons le même groupe. Aujourd’hui on s’est amélioré encore et nous continuerons toujours la formation ».

INSUFFISANCE D’ORDINATEURS. Au lycée Fily Dabo Sissoko, les élèves des classes de 10ème eux aussi s’initient à l’ordinateur. Le proviseur du Lycée Fily Dabo Sissoko, Mamadou Dembélé a expliqué que ses élèves sont motivés pour les cours d’informatique. Bréhima Djiré, le formateur en informatique du lycée se réjouit de l’initiative des centres d’informatiques qui permet de familiariser les élèves à l’ordinateur. Pour lui beaucoup d’élèves venant des écoles de l’intérieur n’ont jamais touché à un ordinateur. Dans tous les centres que nous avons visités, les problèmes ont pour nom insuffisance d’ordinateurs, manque d’entretien ou vétusté des locaux, ou encore insuffisance de formateurs. Par exemple à Fily Dabo Sissoko sur les 22 machines que compte l’établissement 11 seulement sont opérationnelles. Souvent des élèves sont regroupés à plus de cinq pour une seule machine. Le personnel de formation des élèves en informatique est insuffisant. A cela s’ajoutent le débit très faible de la connexion, le manque de maintenance des ordinateurs, et la non stabilité du courant et des écrans des machines. Au lycée Bouillagui Fadigha, le centre de l’informatique fonctionne depuis son élaboration et les élèves participent aux cours.

Le proviseur du lycée Bouillagui, Banna Moussa Bakhaga explique qu’il a aménagé la salle d’informatique pour cette année et qu’il y a déjà un comité qui s’occupe des la gestion du centre. Il y a 7 machines qui fonctionnent sur 15 dans la salle. Les cours théoriques ont débuté dans ce lycée avec 3 formateurs, mais le débit est très faible, il y a aussi un problème de connexion et de machines. « Il faut renouveler les machines pour que les élèves s’approprient l’outil de l’ordinateur », dit le proviseur. Il demande aussi une bonne maintenance et d’entretien des machines et la climatisation de la salle pour le bon fonctionnement des ordinateurs. Adama Sidibé et Bintou Hamadoun Cissé affirment qu’ils prennent les cours d’informatiques le lundi à partir de 08h45-09h45 et qu’ils ont de problème avec les machines qui sont tout le temps en panne et l’heure est très insuffisante pour les cours. Au lycée Afred et celui d’Askia Mohamed des problèmes se posent au niveau du centre. Ainsi au lycée Askia le responsable nous explique qu’ils ont de problème concernant la connexion, et aussi l’insuffisance de machines dans la salle. «Nous avons eu une interruption d’un mois, du 19 décembre jusqu’au 29 janvier.

Après plusieurs tentatives des réglages pour parvenir à mettre la connexion ». Dans ce lycée tous les élèves déplorent la coupure d’électricité, les pannes de machines et les problèmes de connexion. Au lycée Alfred les problèmes qui se posent, sont la maintenance des machines, le manque d’encadreurs et la perturbation de la connexion. Lassine Cissé, le responsable du centre a expliqué que le problème de la connexion est du à l’infection des machines. « Le ministère de l’éducation collabore avec des sociétés pour mieux organiser le centre d’informatique. Ainsi la société qui s’occupe de la connexion fait bien son travail. Par contre celle qui s’occupe de la maintenance et de l’entrétien des machines ne fournit pas d’efforts, dit-il.

A la différence des autres écoles, dans cet établissement, les élèves ne s’intéressent pas beaucoup à l’informatique. Ils ne participent pas aux cours d’informatique. Même avec l’intégration de l’informatique dans le programme des lycées. Ici depuis la rentrée, les élèves des 10ème années n’ont fait aucun cours en informatique explique Lassine Cissé. Pour lui cela est dû à une mauvaise organisation de la part de l’administration de l’école.

Bintou MAIGA

Le 19 Mars 2012