Partager

Le Mouvement national des jeunes pour la culture de l’excellence au Mali (MNJCE) a organisé le 9 décembre au Projet jeune de Sogoniko un podium mettant en compétition quatre lycées de la rive droite sur la réconciliation nationale et la lutte contre le VIH/Sida.

Placé sous le parrainage du maire de la Commune VI, Alou Coulibaly, ce podium a vu la participation de quatre lycées de la rive droite. Il s’agit du lycée Teriya de Yirimadio, le lycée Niama de Niamakoro, le lycée Aïdara de Kalabancoura et le lycée Optimum de Yirimadio. Ces lycées ont été choisis par l’Académie de la rive droite.

Ils étaient en compétition sur les thèmes de la paix, la réconciliation nationale et la lutte contre le VIH/Sida à travers des sketches et poèmes. Pour les organisateurs, les thèmes choisis ont une importance capitale. « Nous avons initié ce podium pour la paix, la réconciliation nationale et la lutte contre le VIH/Sida car nous sommes dans un mois où le monde entier est en train de lutter contre le VIH/Sida qui fait des ravages chez les jeunes. Aujourd’hui, au Mali la première chose dont on a besoin c’est la paix. Et c’est à travers la paix qu’on peut combattre les maladies », a expliqué le président de la MNJCE, Balla Moussa Maïga.

Le parrain de l’événement, Alou Coulibaly, maire de la Commune VI, a été distingué par la Fondation pour la paix du titre d’ambassadeur de la paix. Honoré par une telle distinction, il a montré toute sa volonté à accompagner ces jeunes. « C’est l’occasion pour nous, collectivités d’adhérer à une synergie des jeunes dont l’objectif est de galvaniser toutes les forces afin d’arrêter cette maladie silencieuse. L’initiative podium de la paix et de la lutte contre le VIH/Sida s’inscrit dans cette dynamique puisque notre pays est confronté à la problématique de l’infection au VIH depuis la notification du premier cas de Sida en 1985. La prévalence du VIH dans la population est estimée à 1,3 % en 2006. Elle est de 1,6 % en milieu urbain et de 0,9 % en milieu rural. La population des personnes à haut risque est représentée par 5 groupes dont les taux de prévalence sont les plus élevés selon les résultats de l’enquête comportementale réalisée par certains centres d’études en 2006 et qui font l’objet d’un suivi », a déclaré M. Coulibaly.

A la fin du podium, le lycée Teriya de Yirimadio s’est classé premier, suivi du lycée Niama de Niamakoro. Le lycée Aïdara de Kalabancoura a fermé la marche.

Moctar Dramane Koné, Stagiaire
L’Indicateur du Renouveau du 13 Décembre 2017