Partager

En partenariat avec le ministère de la Santé, l’ONG Family Care International/Mali a tenu, les 28 et 29 juillet 2010, l’atelier national de validation du curriculum de formation des parents en matière de communication en santé sexuelle et reproductive avec les enfants, les adolescents et les jeunes à la Maison du partenariat Angers-Bamako. La cérémonie était présidée par le directeur national adjoint de la Santé, Nouhoun Koné qui avait ses côtés la directrice nationale de Family Care International, Mme Kané Fatoumata Kané.

L’éducation sexuelle est presque inexistante dans nos familles puisque parler de sexe est toujours un tabou dans notre société. Or si les adolescents et les jeunes manquent de la bonne information en famille, ils seront confrontés à plusieurs problèmes de santé dont certaines conséquences peuvent leur être fatales. C’est face à cette situation que Family Care international/Mali et ses partenaires ont mis en œuvre le projet dénommé : « encourager la communication entre les parents et les jeunes, répondre aux besoins de Santé sexuelle et reproductive (Ssr) des adolescents au Mali » en 2009 avec l’appui technique et financier de la Banque mondiale.

Cependant, le présent projet qui répond à un besoin national vise à outiller les parents des connaissances et compétences dont ils ont besoin pour mieux communiquer avec le groupe cible en matière de Ssr à travers un processus de développement d’un curriculum à leur intention. Deux jours durant, les participants se sont penchés sur divers sujets relatifs à leur éducation en Ssr.

Il s’agit notamment des chapitres du présent document développés dans le guide, le plan de cours et le kit du facilitateur qui sont, entre autres, le renforcement des connaissances des parents sur les caractéristiques physiques, psychologiques et sociologiques des enfants, des adolescents et des jeunes et des problèmes de santé sexuelle et reproductive. En effet, l’adolescence peut être définie comme une période critique au cours de laquelle les schémas de comportement et de relations qui constitueront tout long de la vie d’adulte sont établis.

Dans son discours, la directrice nationale de Family Care International, Mme Kané Fatoumata Kané, a rappelé que les enfants, les adolescents et les jeunes des pays africains souffrent énormément de l’insuffisance ou du manque d’information en matière de santé sexuelle et reproductive les concernant.

Et de préciser que l’éducation sexuelle doit d’abord commencer au niveau de la famille pour être complétée au niveau de l’école ou dans les centres d’apprentissage selon les catégories d’enfants ou d’adolescents.

Le directeur national adjoint de la Santé, Nouhoun Koné, a pour sa part noté qu’une étude récente de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) révèle que les jeunes femmes âgées de 15 à 19 ans ont deux fois plus de risques que celles qui sont dans leur vingtaine de mourir à l’accouchement.

Les filles de moins de 15 ans ont cinq fois plus de risques de mourir. Les adolescents les plus vulnérables sont celles qui vivent dans les zones rurales dans les pays en voie de développement comme le Mali, a-t-il expliqué. Il a par ailleurs exhorté les participants à une réflexion approfondie sur le contenu du document afin d’émettre des observations et suggestions contribuant à améliorer le document et de l’adapter aux réalités socioculturelles de notre pays.

Moussa Dagnoko

02 Août 2010.