Partager

mmesidibe-2.jpg
Le secrétaire général du ministère de l’Éducation de Base, de l’Alphabétisation et des Langues nationales, Aboubacrine Alpha, et d’autres responsables du département ont rencontré mercredi des membres du bureau de la Fédération de l’éducation nationale (FEN).

La rencontre s’est déroulée dans la salle de réunion du ministère.

Les deux parties qui entretenaient depuis quelques semaines des relations tendues, se sont rencontrées à l’initiative du cabinet du ministère de l’Éducation de Base, de l’Alphabétisation et des Langues nationales. Pour, dit-on, surmonter toutes les difficultés, tout ce qui les opposent.

Le dialogue doit reprendre dans l’intérêt de l’école malienne et c’est au nom de cet intérêt que le secrétaire général du département a demandé à la FEN de passer l’éponge sur les différends passés.

Aboubacrine Alpha après avoir rappelé le rôle et la place de l’enseignant dans la vie de l’école a exprimé ses regrets à propos des quiproquos qui, de son point de vue, ont abouti à l’interruption du dialogue pourtant indispensable entre le département et la FEN.

Le bureau du syndicat conduit par son secrétaire général, Youssouf Ganaba a pour sa part rappelé les griefs qui avaient conduit à la brouille. Parmi ces griefs, le « refus » du département de rencontrer la FEN à l’issue d’une marche organisée par celle-ci.

Le secrétaire général du ministère a expliqué aux syndicalistes qu’il s’agissait simplement d’une divergence d’appréciation. « Ce n’était donc pas un refus de vous rencontrer ou de vous recevoir. Nous sommes et resterons ensemble« , a-t-il ajouté.

Le fait que la FEN ait accepté de venir à la rencontre est, aux yeux de Aboubacrine Alfa, un signe encourageant qui prouve la volonté partagée de surmonter les incompréhensions. Les enseignants, a-t-il répété, sont incontournables, tout le monde en est conscient à commencer par le ministère de l’Éducation de Base, de l’Alphabétisation et des Langues nationales, un ordre d’enseignement où 98% des enseignants sont des militants de la FEN.

« Nous avons accepté votre invitation pour la raison que nous sommes incontournables« , a indiqué Youssouf Ganaba. Le syndicaliste a annoncé que la FEN acceptait la reprise du dialogue et considérait, elle aussi, que ce qui s’est passé est « un incident de parcours« .

Toutefois, le syndicat jugera l’action du ministère à l’aune du traitement qui sera réservé à ses doléances. Enfin, la FEN promet de participer pleinement aux travaux du forum sur l’éducation que le gouvernement entend organiser dans les mois à venir.

C. DIAWARA

L’Essor du 18 avril 2008.