Partager

jpg_cam.jpg
Ils se sont ainsi rendus à la Fondation pour l’Enfance, à la Cité des enfants, aux bureaux de l’Unicef. A la Fondation pour l’Enfance ils ont été accueillis par la présidente de l’institution, Mme Touré Lobbo Traoré. Les attributions et réalisations de la structure leur ont été expliquées dans un exposé liminaire de la maîtresse de céans. Les visiteurs se sont intéressés aux motivation du chef de l’État lorsqu’il créait la fondation pour l’enfance, aux cours de vacance organisés par la structure ainsi qu’à l’initiative « l’École l’amie des filles » et aux sources de financement de l’institution.

Dramane Ouattara, le délégué général de la Fondation pour l’Enfance, a expliqué que celle-ci est née de la volonté du président Amadou Toumani Touré de manifester sa reconnaissance à l’endroit des enfants et des jeunes, qui l’ont constamment soutenu à la tête de l’État pendant la Transition démocratique. Reconnue d’utilité publique par en août 1993, la fondation se veut un organe dynamique, engagé dans l’amélioration des conditions de vie des femmes, des enfants et des jeunes.

Ses actions appuient le Plan d’action national pour la survie, le développement et la protection de l’enfant. Elles couvrent l’éducation à la santé, la protection des enfants, la lutte contre l’excision, le combat contre la pauvreté par l’éducation de la petite fille et des enfants démunis avec un accent particulier sur la prise en charges des enfants et orphelins du Sida.

Après ces explications et un petit tour de maison, les enfants se sont rendus à la délégation du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). Présent dans notre pays depuis 1960, l’Unicef travaille à la promotion des normes et principes inscrits dans la Convention internationale relative aux droits de l’enfant. Depuis sa création en 1946, le fonds est engagé sur plusieurs fronts : protection des droits de l’enfant, éducation pour les garçons et pour les filles, santé, vaccination, nutrition, eau, hygiène et assainissement. L’Unicef est le premier fournisseur de notre pays en vaccins.

Son représentant, Marcel Rudasingwa, a félicité des lauréats de ce Camp d’excellence pour leurs brillants résultats scolaires : « aujourd’hui, vous êtes la fierté de vos familles mais aussi du Mali entier. Il est bien d’être n°1 mais il est plus difficile de le rester. Le devoir des enfants est de travailler à l’école pour réussir dans la vie« . À la Cité des enfants comme à la Direction nationale de l’enfant et de la famille, les attributions spécifiques de chacune des structures ont été expliquées aux jeunes visiteurs.

Ceux-ci ont visiblement apprécié la sortie. « C’est une chance pour nous d’être ici. J’ai pu voir la première Dame, discuter avec elle. Chose que je croyais impossible« , a commenté Mamadou Ag Mohamed qui caresse le rêve de devenir médecin pour sauver des vies comme le fait aujourd’hui la présidente de la fondation pour l’Enfance. Un rêve réalisable à en juger par ses performances académiques. À 14 ans, Mohamed Ag Mohamed est le premier de la Région de Kidal au DEF. Lui qui fait la course en tête depuis le CEP, participe pour la deuxième fois au Camp d’excellence.

Le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Maïga Sina Demba, a confirmé que la visite devait aider les enfants à connaitre les structures qui contribuent à leur bien-être et qui oeuvrent à la promotion de leurs droits. « Chaque année désormais, nous allons élaborer des programmes pour que les lauréats du Camp d’excellence puissent connaître toutes les structures étatiques ou non qui œuvrent à leur promotion« , a-t-elle promis.

Doussou DJIRE

24 Septembre 2008