Partager

Le ministre de l’Education, de l’alphabétisation et des langues nationales, Pr Salikou Sanogo, a ouvert le 1er juillet 2010, à l’Institut des langues Abdoulaye Barry (Ilab), les travaux de l’atelier de revue du budget programme 2011-2013 des départements en charge de l’éducation.

S’inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’investissement sectoriel de l’éducation (Pise) III, de l’application des conclusions du Forum national sur l’éducation et de la poursuite de l’appui budgétaire sectoriel, le budget programme 2011-2013 a pour but d’assurer, entre autres, le développement d’une éducation de base de qualité; le développement de l’enseignement secondaire; l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique pérenne de développement de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et technologique ainsi que de la mise en place d’une gestion de déconcentration, décentralisation, planification transparente et participative de l’éducation. En clair, aller au delà du cadre annuel, pour arrêter, identifier et programmer des activités pertinentes et cohérentes sur trois ans (2011-2013).

jpg_education-2.jpgAu cours des deux jours de l’atelier, les représentants de l’assemblée nationale, des cabinets ministériels, du comité de pilotage, des chercheurs, des experts de la direction général du budget, du contrôle financier, de la société civile et des partenaires techniques et financiers s’exerceront à faire ressortir, au titre de 2009, les objectifs atteints par rapport aux prévisions; les activités réalisées; les résultats obtenus et les indicateurs renseignés retenus de la même année. Au titre des prévisions 2011-2012-2013, ils se pencheront sur la description du programme; les objectifs spécifiques ; les résultats attendus en 2011 ; les indicateurs de la même année, les plans d’action de 2011 et les activités pertinentes des trois années.

Pour le ministre de l’éducation, l’élaboration du budget programme 2011-2013 se fera en deux étapes. La première étape consiste à une concertation entre chaque responsable de programme et l’ensemble des structures qui lui sont rattachées afin de faire le point de réalisation des objectifs et des activités, de renseigner et de déterminer les problèmes et les perspectives. La deuxième étape qui est le présent atelier validera les résultats de la première étape.

Pour terminer son intervention, Salikou Sanogo, a, conformément aux grandes orientations du Pise, exhorté les délégués à accorder une attention particulière au développement des secteurs clés comme l’éducation préscolaire et spéciale ; l’éducation non formelle et l’enseignement supérieur. Il a également demandé aux participants de ne pas occulter la question de l’alimentation scolaire (cantines). «Elles apparaissent cruciales pour gommer les inégalités entre les gens dans la scolarisation et le maintien à l’école et pour réduire les disparités régionales, en terme de vulnérabilité», a-t-il conclu.

Hadama B. Fofana

Le Républicain du 02 Juillet 2010.