Partager

L’Énergie du Mali-Sa a tenu son conseil d’administration le lundi 25 juin 2012 dans ses locaux sis à Badalabougou. La cérémonie d’ouverture était présidée par Ousmane Issoufi Maïga, président du conseil d’administration d’Edm-Sa. Au cours de cette 27ème session du conseil d’administration, le président Ousmane Issoufi Maïga a invité les administrateurs à une réflexion approfondie sur la situation actuelle pour trouver des solutions de sortie de crise et de se mobiliser en vue de la mise en œuvre du plan d’action. C’était en présence des administrateurs et de nombreuses autres personnalités.

Selon le président du conseil d’administration d’Edm-Sa, Ousmane Issoufi Maïga, cette 27ème session se tient à un moment décisif de la vie de la société au regard de la situation socio-économique du pays. Il a indiqué que l’année 2011 a été difficile au plan national et international et l’année 2012 s’annonce probablement encore plus difficile.

Sur le plan international, Ousmane Issoufi Maïga a rappelé des turbulences financières, le recul de l’euro, la crise des dettes souveraines et le fléchissement mondial, la hausse vertigineuse du coût des hydrocarbures due à la flambée du prix du baril de pétrole sur le marché international.

Ces coûts sont grevés au niveau d’Edm-Sa par des frais d’approche élevés liés à l’éloignement des ports d’approvisionnement. Enfin les troubles dans les pays arabes, la crise postélectorale en Côte d’Ivoire et la situation qui a précédé l’élection présidentielle au Sénégal sont également des problèmes évoqués par le président Maiga.

Sur le plan national, le président du conseil d’administration d’Edm-Sa a signalé que l’année 2011 a été marquée par un grave déficit pluviométrique avec comme conséquence la baisse de l’énergie d’origine hydraulique, la hausse de 10% du prix d’achat de l’énergie de Manantali applicable à partir de 2012.

Il a souligné que depuis 2003, l’État a opéré trois ajustements tarifaires alors que les prix internationaux des produits pétroliers ont à peu près doublé depuis 2004. « Plus de 70% du chiffre d’affaires sont destinés aux achats de combustibles.

C’est en prévision de cette situation que la société a eu à solliciter et a obtenu de l’État des appuis financiers. Pour 2011, ces appuis ont été de 20 milliards et pour 2012, il a été inscrit au budget de l’État le même montant qui devrait être revu en mars 2012 », a-t-il dit.

Ousmane Issoufi Maïga a évoqué le ralentissement de l’intervention des partenaires dans le cadre du financement des projets, le ralentissement général des encaissements surtout dans le secteur industriel, l’accroissement de la tension de trésorerie, les perturbations et des délestages, la perte totale de contrôle sur les centres Edm des trois régions septentrionales dues à la crise.

Face a ces difficultés, il a souhaité la mise en œuvre du plan de redressement axé sur la maîtrise des charges d’exploitations, l’intensification des efforts de recouvrement et de lutte contre la fraude, l’ajustement du niveau des tarifs, l’assainissement de la situation du trésorerie, l’amélioration de la gouvernance et le renforcement des capacités, la mise en œuvre du programme d’investissement.

Il a invité les administrateurs à une réflexion approfondie sur la situation actuelle pour trouver des solutions de sortie de crise. Avant de conclure son allocution, il a lancé un appel pressant à l’ensemble des travailleurs de la société, pour plus de cohésion et une mobilisation générale pour l’atteinte des objectifs notamment la satisfaction de la clientèle.

Aguibou Sogodogo

29 Juin 2012