Partager

En raison de la spécificité du thème la célébration de cette journée mondiale des droits du consommateur au Mali est placée sous la coprésidence du ministre des Mines, de l’Energie et de l’eau et de celui de l’Industrie et du commerce.

Il faut souligner que l’accès de tous à l’énergie est une préoccupation des plus hautes autorités du pays et des populations elles mêmes.

Dans le contexte actuel de progrès scientifiques l’accès aux sources d’énergie ne doit plus être un luxe, tant les besoins sont de plus en plus grands.

En effet, il est difficile aujourd’hui d’arriver à assurer le bien être des populations sans développer les sources d’énergie, car, à l’évidence, sans électricité, même la santé des populations est menacée.

Il en est de même pour l’économie nationale, surtout dans le cas du Mali où les pouvoirs publics mettent un accent particulier sur le développement des petites et moyennes entreprises et de l’industrie en général.

DES PROUESSES A TRAVERS LA DENONCIATION DU CONTRAT

Pour être conforme aux engagements pris, les autorités actuelles ont réalisé ce que l’on pourrait appeler des prouesses en parvenant à renverser la tendance au niveau d’EDM SA. Cela n’a été rendu possible que sur la base de la dénonciation du contrat de cession de la société.

LES DEFIS A RELEVER

Ainsi, après avoir posé un acte aussi courageux, les autorités actuelles doivent désormais poursuivre les efforts d’amélioration de la fourniture d’électricité; mais aussi dans le sens de la réduction progressive des tarifs.

Tels sont les défis que le département des Mines de l’énergie et de l’eau doit relever. En effet, la dénonciation même du contrat de cession d’EDM SA a été inspirée de la forte demande des syndicats et des associations de consommateurs, voire des industriels et autres opérateurs économiques.

Aussi, relever le défi de la fourniture régulière de l’électricité en cette période de décrue et parvenir à baisser encore les tarifs, tels sont des voeux des consommateurs de l’énergie d’EDM-SA.

Le pouvoir gagnerait beaucoup en atteignant de tels objectifs surtout en cette période préélectorale. Mais la question que l’on se pose, c’est de savoir si, au-delà de la volonté, les pouvoirs publics ont aujourd’hui les moyens de cette politique qui, si elle se réalisait, prendrait en compte une composante majeure de la forte demande sociale.

LES CONSOMMATEURS RECLAMENT TOUJOURS LA BAISSE DES TARIFS

Il ne fait aucun doute que malgré la cherté décriée constamment de l’énergie d’EDM-SA, des efforts ont cependant été déployés et à plusieurs occasions par l’Etat malien afin de rendre l’électricité plus abordable. Cela a d’ailleurs suscité des réactions au sein de l’opinion publique nationale qui avait estimé que la solution était plutôt la rupture du contrat de cession.

Cela est désormais un acquis et au grand soulagement des consommateurs qui réclament toujours des baisses substantielles des tarifs jugés plus élevés par rapport au coût de production de l’électricité, mais aussi en comparaison des tarifs de certains pays voisins.

Une chose est sûre, c’est que les opérateurs du domaine de l’énergie ont intérêt à faire baisser les tarifs. C’est à cette seule condition que les efforts s’inscrivant dans le cadre du développement durable seront perceptibles.

Moussa SOW

15 mars 2006.