Partager

Dans tous les actes de la vie , les moments les plus délicats résident dans la nécessaire jonction à établir entre deux entités, deux étapes, deux personnes, deux idées….

De l’état fœtal à la naissance il y a la gestation dont l’aboutissement est le souvent périlleux accouchement. Entre enfance et âge adulte il y a la difficile adolescence. Les hommes se saluent en se touchant le plus souvent pour établir la communion. Même l’union de cœurs que tout rapproche passe par de fiançailles réussies. On peut multiplier les exemples…

Ce qu’enseigne la vie est largement transposable sur le terrain politique et pour n’en avoir pas tenu compte, assez souvent, le jeu s’est trouvé vicié. La plupart des déséquilibres dans ce domaine réside dans le non respect de conventions naturelles et tacites.

Mars 1991 est à inscrire dans ce contexte de dérèglement qui a produit sa part de larmes et de sang. Il a fallu plus d’une décennie pour reconstituer le tissu social déchiré. C’est pour cette raison et, sans doute pour d’autres, que les politiques doivent garder à l’esprit que le bien du pays, au delà des ambitions des uns et des autres, commande de réussir le passage de témoin, l’harmonieux glissement, l’alternance.

Et pour cela il ne faut pas changer les règles du jeu en cours de partie.

Le Mali est connu pour aimer sa singularité : la diatiguiya, le sinankouya et autres. On pourrait leur ajouter une transition démocratique réussie en 1992, un renouveau politique salué de par le monde en 2002.

Alors pourquoi casser l’élan pour 2012. Pourquoi déchirer la page en la tournant et ainsi cesser d’être soi même pour se confondre à la cohorte de pays devenus quelconques, pays qui ne servent plus de repères pour avoir préféré le présent à l’avenir.

Pourquoi se contenter d’un milieu de classement quand on peut être le champion vers lequel se tourneront les regards d’espoir.

Pourquoi faut-il renoncer au regard d’admiration pour soi et pour son pays pour se délecter de l’indifférence où auront conduit les mauvais choix ,et entacher ses convictions ?


Par S. El Moctar Kounta

18 Novembre 2008