Partager

Le 4 juin 2008 le Parena organisait une conférence de presse sur les problèmes brûlants de la Nation.

Il y évoquait notamment la crise du Nord, la vie chère, l’école, la tension affectant le trésor public, l’Initiative Riz, le train de vie de l’Etat… Il ne se contentait pas d’attirer l’attention des autorités sur ces questions, il proposait surtout des solutions justes et courageuses.

Ce sont ces mêmes solutions que la Côte d’Ivoire voisine vient d’initier, pour son compte personnel, après trois jours de grève. Ce sont ces mêmes réponses que le Sénégal, pourtant rompu dans l’analyse prospective, vient d’engager après les émeutes du pain.

Au Mali, le Parena en toute objectivité, a balisé le terrain, tracé le chemin, indiqué l’avenir. Il suffisait tout simplement, sans orgueil, de l’emprunter. Pour le pays !

Quelques unes de ces solutions consistaient en ce nécessaire report de la mise en œuvre de l’Initiative Riz, pour mieux la réussir et éviter une hémorragie financière de plusieurs milliards à l’Etat. Et surtout celle consistant en l’immédiate réduction du train de vie ostentatoire de l’Etat.

La diminution du train de vie de l’Etat (primes, essence, téléphone, électricité, misions, voyages, locations, caisses noires…) en même temps qu’elle a un impact non négligeable sur les finances du pays, est aussi et surtout un geste de solidarité, d’assistance, d’écoute donc de partage de la vie de misère de nombre de nos compatriotes.

Des compatriotes qui, hélas, savent le prix d’un 4 x 4.


S.El Moctar Kounta

23 Juillet 2008