Partager

Auuu suiiiivant !!!… Au suivant de quoi ? Mais, au suivant des sociétés à vendre !

Après les petites brebis galeuses, la saison des mastodontes est ouverte. Les entreprises phares sont sur le marché. Il y a peu, le conseil des ministres du 28 mai, décidait de privatiser la CMDT, une grosse machine de 200 milliards de francs CFA, selon son dernier conseil d’administration.

Aujourd’hui, alors que la frayeur n’est pas encore passée, c’est le tour de la SOTELMA, une autre grande fierté, au regard de son impact sur la qualité de la vie des populations et des entreprises, qui est aux enchères.

La frayeur continue donc, les indicateurs en attestent :

Un chiffre d’affaires de 70 milliards !……Privatisez!

90 000 lignes fixes numérisées à 100 % !! ……Privatisez, privatisez!

480 000 abonnés mobiles!!!…….Privatisez, privatisez, privatisez!

Mais pas d’inquiétude, l’Etat malien gardera jusqu’à 20% dans l’affaire.

Au delà des chiffres et même des stratégies liées à la gestion du patrimoine national, retenons tout simplement que quand on en est à vendre, surtout quand on y est contraint, c’est toujours la marque d’une impuissance, l’aveu de l’échec de la politique mise en œuvre.

Le patrimoine des peuples n’est pas que culturel. Assez souvent même, ce culturel s’adosse sur l’économique et même si l’assainissement passe par la vente ou la cession, partielle ou non, de ce qui fait la puissance publique, force est de reconnaître que c’est une part de soi que l’on abdique. Et c’est douloureux.

L’opposition, instruite de l’expérience malheureuse de la Régie des Chemins de Fer du Mali, l’a fait remarquer, le 26 juin dernier, au cours d’ un atelier organisé sur le sujet, au centre du secteur privé.


S.El Moctar Kounta

02 Juillet 2008