Partager

Ouf, ils ont fait la paix! Non, enfin ils se sont mutuellement fait une place autour de la table kenyane. Ouf, ils se sont enfin acceptés pour mettre leur vision et leurs efforts en synergie pour une gestion concertée du pouvoir. Mais était t-il besoin que Mwai Kibaki et Raila Odinga sacrifient la vie de milliers de leurs compatriotes pour y arriver, pour se redécouvrir fils d’un même pays?

Au Zimbabwé, Robert Mugabé et son opposant Morgan Tsvangirai, eux aussi, sont en train d’engager leur pays sur la même voix. Pour, in fine, n’ayant pas le choix, aboutir au même résultat, en travers d’innocentes victimes.

Pourtant le scénario ivoirien qui voit aujourd’hui Gbagbo et Soro cheminer ensemble aurait du servir de leçon et finir de convaincre que si les hommes en viennent à faire la guerre c’est qu’ils n’ont pas souvent pris le temps d’explorer tous les chemins qui conduisent à la paix.

Oui, plutôt le schéma sénégalais de Wade succédant à Diouf que celui kenyan ou après coup, on ne sait s’il faut pleurer les morts ou fêter l’accord que dicte la sagesse.

Au Mali, parce que la crise du Nord est aussi politique, avec une légère variante, il y a lieu, au regard de l’expérience des autres, parfois proches, d’opérer les choix judicieux, les seuls qu’impose le réalisme.

Il n’est pas nécessaire que des vies soient sacrifiées de quelque manière que ce soit, de quelque camp que cela provient pour que la paix soit.

Il n’est pas utile que le sang soit versé pour tracer ce sillon douloureux qui balisera le chemin de ce sable déjà brûlant, pour conduire à la quiétude et à la prospérité.

Au Mali, il n’est pas nécessaire de s’entretuer pour se découvrir après une fraternité scellée des siècles auparavant. Et c’est pour cette raison qu’il faut proscrire la violence sous toutes ses formes.

Que l’on s’en convainc, il n’y a d’autres alternatives que la Paix !

S. El Moctar Kounta

17 avril 2008.