Partager

Pétrole, uranium, manganèse, le discours du président de la République, à l’occasion de sa dernière adresse à la nation, fait saliver.

Il fait saliver d’autant plus que le plat de résistance est fourni par ce barrage sur le Félou et le gigantesque Taoussa, lesquels, à leur réalisation, bouleverseront nos vies et métamorphoseront pour longtemps le pays lui-même.

Ajoutez-y les routes en construction et autres hôpitaux et ponts et sans risque d’être contredit, nous voici projetés pour de vrai au XXI siècle. Le nôtre commence cette année, et en tant que tel il est un virage à négocier avec doigté.

Ce virage, on peut le baptiser: Défis majeurs, sans exagérations.

Car il faudra pour servir d’écrins à ces joyaux en gestation, les faire d’acier et de diamant , un écrin de paix. Car il faudra que ce pétrole soit celui de la construction, de la cohésion et de la stabilité, non cet or noir du diable, non le chemin de la pauvreté auquel il a conduit presque partout .

Cette richesse, même nécessaire au progrès et au développement , il ne faudra lui concéder, pas une goutte du sang du pays. Il ne faudra le monnayer, pas contre un lambeau de notre chair, pas contre un iota de notre terre.

Ce pétrole là , ce sera celui du progrès et de la construction nationale, ou ne sera pas!

Il ne se marchandera pas. Il ne cédera à aucune convoitise. Il s’appellera la paix!

Et puisque l’annonce de sa découverte prochaine a été faite, officiellement, un jour de fête , on veillera à ce que ce pétrole tant attendu et tant redouté, et tous ces minerais serviront de guirlandes pour les fêtes à venir , pour les festivités du cinquantenaire.
Mais commençons par le commencement, trouvons-le d’abord !


S.El Moctar Kounta

06 Janvier 2009