Partager

La CMDT (Compagnie Malienne pour le Déve-loppement du Textile), le masto-donte de l’économie nationale n’est plus dans le bas de laine des mères et la couverture de la jeune mariée n’aura plus la douceur du coton tendre de Koutiala.

La CMDT, depuis le dernier conseil des ministres, est désormais à prendre et le coton n’aura plus pour nous la même couleur.

La CMDT est aux enchères : c’est la suite d’une longue gestion désastreuse qui n’a trouvé son salut que dans la privatisation.

Il faut dire à ceux qui ont fait de la privatisation, de la mise en concession et autres braderies une panacée, que la mise en cession du patrimoine national est assimilable à un refus de combattre, à une absence d’audace, à un déficit d’imagination. C’est une solution de facilité, dans tous les cas.

Après la Sonatam, l’Huicoma, les Chemins de Fer du Mali, l’Hôtel de l’Amitié, la CMDT… Demain ce sera l’Office du Niger, l’Energie du Mali, la Sotelma et… les salines de Taoudénit.

Et il n’est plus loin le temps où l’on se retrouvera en location chez nous-mêmes. La génération consciente menée par TATA POUND l’avait prédit qui chantait mon PAYS S.A , entendez société anonyme.

S. El Moctar Kounta

03 juin 2008