Partager

Le Parler vrai, le Dire juste. Voilà les maîtres mots de la conférence de presse animée hier par le Parena. Dire juste pour traduire les préoccupations des populations maliennes tant pour ce qui concerne la crise du Nord que celle scolaire, la vie chère, l’initiative riz, la crise financière et d’autres.

L’exercice a eu le mérite de faire entendre l’écho montant du pays profond et il est fondamentalement différent des soliloques des cabinets ministériels et des salons feutrés.

Il y a été dit que la situation au Nord est plus grave qu’on ne nous le dit, pour continuer d’être gérée de façon intimiste, hors de toute emprise des fils du pays. Que le forum sur le système scolaire proposé par le PM n’a aucune chance d’aboutir en dehors des enseignants, si l’école elle-même survit jusque-là.

Que l’Initiative Riz, aujourd’hui, est une opération hasardeuse du fait de son impréparation manifeste. Que les mines ne rapportent pas, malgré une conjoncture favorable, les dividendes qu’elles devraient au pays.

Les autorités n’ont jamais dit aux Maliens l’ampleur des tensions de trésorerie qui le conduiront bientôt à un état de cessation de paiement.

Compromettant à la fois le système bancaire et plus globalement le monde des affaires et l’économie toute entière…

Le souci, l’unique souci de l’opposition est de jouer pleinement son rôle de la sauvegarde des intérêts et de la survie de notre pays à tous. Pour ce faire, il ne demandera la permission à personne, ni à un homme ni à un système.

Nous sommes dans le même bateau et nous n’irons pas impuissants au naufrage alors même que nous sommes pourvoyeurs de bouées.

Le parler vrai, le dire juste, l’amour du pays, la générosité dans l’action, voilà comment regarder le pays dans les yeux, voilà comment accompagner le pays réel.


S. El Moctar Kounta

05 Juin 2008