Partager

Ousmane Diallo, président de la Commission nationale de gouvernance, est décidément un homme positif en ce sens qu’il est très optimiste.

Dans le cadre du MAEP, sa commission doit assurer l’intégrité, l’indépendance, la transparence et produire le rapport national d’autoévaluation : RNAE.

La haute qualité du RNAE, nous dit M. Diallo, doit être FOPPER. Ce sont les initiales de Franc, Ouvert, Planifié, Participatif, Exemplaire et Rigoureux.

En homme positif, il ne leurre personne car il précise qu’il y a des défis à relever et qui passent nécessairement par un engagement sans faille et la qualité exemplaire des membres de la CNG et de toutes les parties prenantes.

Il est impératif aussi que les bureaux d’étude et institutions de recherche aient une grande compétence et l’expérience avérée. Au bout du compte, ce sont les chefs d’Etat qui se soumettent à une évaluation et qui, à leur tour, évaluent les chefs d’Etat membres.

En fait, un cumul d’éthiques de toutes sortes est demandé aux membres de cette évaluation. Sans dire que c’est une illusion, il est permis de se demander si l’on n’a pas affaire à des gens qui croient au retour de Jésus sur terre entouré de ses apôtres.

Demander autant de qualités et de vertus à de simples mortels est une bonne prédisposition mais elle nous fait passer pour des naïfs. A moins qu’on ait vraiment à faire à des hommes et des femmes qui ne soient pas de leur époque : celle des ripoux et des truands.

Reconnaissons, à la décharge de M. Diallo, qu’aux règles généralement admises, il existe toutefois des exceptions. On parle bien d’exception.

Baba Dembélé

06 février 2008.