Partager

Konaré ne disait-il pas que l’amitié que l’on pourrait lui témoigner, à lui (président de la République) et à son pays, est à hauteur proportionnelle des soins dans lesquels les autres pays et leurs chefs tiennent ses concitoyens.

Il faut donc que nos autorités, dans le domaine, cessent de se comporter en spectateurs impuissants quand il s’agit de défendre cette composante de notre pays. Car après tout, après qu’ils se soient installés et prospérés les Maliens de l’extérieur sont cette sève nourricière de l’économie du Mali : plus de cent vingt milliards de Fcfa d’apport par an. Ils sont aussi ces puissants vecteurs de notre culture et de notre civilisation auxquels le pays doit une part non négligeable de son prestige.

Alors pourquoi cette frilosité quand il s’agit de la défense de nos frères. Pourquoi un ministère qui, en fin de compte, ne gère que l’intendance. Incapable d’anticiper, de se projeter, de s’indigner, de protester et de répliquer. Il n’a jamais représenté cette soupape qui aurait sécurisé, laissant à la merci d’autrui, ces autres nous-mêmes.

Nos politiques ne doivent pas se limiter à voir en eux de simples pourvoyeurs de devises et un bétail électoral. Ils sont plus que cela. Ils sont, dans la plupart de ces pays qui les maltraitent, la charpente sans laquelle ceux-ci s’effondreraient, tout simplement.
Et cela aussi il faut le savoir !

S. El Moctar Kounta

04 décembre 2008