Partager

Dans nos jeunes démocraties, la rentrée parlementaire est toujours un moment de grande portée symbolique. C’est le moment où, comme après être allés s’abreuver à la source, prendre connaissance des préoccupations de leurs électeurs , les députés font siens les espoirs les espérances et même les suggestions des populations, pour les remonter au niveau de la représentation nationale.

La rentrée parlementaire c’est comme ce moment charnière, privilégié, où à nouveau va s’entendre la voix renouvelée et revigorée du peuple. Elle est aussi le moment de la convivialité et des échanges fructueux entre parlementaires africains, ces invités de marque qui viendront enrichir le débat de leur différence et de leur expertise. Apportant, par la même, un peu de la fraternité de ces autres nous-mêmes .

Cette diplomatie parlementaire inaugurée depuis quelques temps fera entendre cette année , place de la République , la voix du Bénin, du Cameroun , de la R.D.C, du Togo…pour la construction africaine.

Au Mali, la session qui s’ouvre aujourd’hui devra s’attarder plus que par le passé sur les problèmes brûlants de la Nation . Kidal , Fafa, Ansongo, L’école, la santé, la vie chère, l’emploi des jeunes, les Maliens à l’extérieur, la crise de trésorerie,la corruption, la sécurité alimentaire, la gestion du foncier, l’insécurité routière, les réformes institutionnelles sont autant de défis à relever. Nos députés n’auront d’autres choix que veiller à ce que le gouvernement leur trouve solutions. Au nom des leurs , au nom du pays.

L’Assemblée Nationale du Mali, les parlementaires maliens ont aujourd’hui plus qu’hier l’occasion d’apporter la preuve , par leur courage , leur patriotisme, leur conviction et leur réalisme qu’ils ne sont pas une vulgaire chambre d’enregistrement, le lieu des applaudissements auto validant, mais bien le cénacle, sans doute le seul, de la défense du peuple.

C’est toute la symbolique de ce 6 octobre 2008.


S.El Moctar Kounta

07 Octobre 2008