Partager

En signant l’accord de sortie de crise, le 20 mai dernier, le Président du CNRDRE, le Capitaine Amadou Aya Sanogo, avait fait espérer aux Maliens une issue favorable à la situation actuelle. En même temps, il mettait fin à ses activités professionnelles, notamment militaires, malgré son jeune âge. Car il est désormais de facto en retraite anticipée, puisque le statut d’ancien Président qu’il a accepté de se voir octroyer est incompatible avec une activité au sein des forces armées et de sécurité. Il pourra toutefois s’adonner à d’autres fonctions, dans des organismes internationaux ou autres fondations, s’il en a les compétences.

Le Capitaine Sanogo doit donc être démobilisé, et, avec lui, les hauts gradés et même les hommes de rang membres du CNRDRE. A défaut de les bombarder de grades, de les disperser dans des représentations diplomatiques ou autres casernes du Mali, loin de Kati, leur fief, les membres du CNRDRE doivent être rayés des effectifs militaires, avec, bien sûr, les mesures d’accompagnement nécessaires. A notre avis, trois raisons plaident en faveur de cette proposition.

La première, c’est qu’aujourd’hui ils se considèrent comme des hommes supérieurs à leurs frères d’armes, notamment les nombreux Généraux, Colonels et Commandants, qui se sont mis au garde-à-vous devant eux, un certain tristement célèbre 22 mars 2012.

La deuxième, c’est que les militaires membres du CNRDRE, ne sont pas des démocrates et ne pourront jamais accompagner comme il se doit le processus de transition. Ils ont brillé dans l’insubordination et en refusant de se soumettre aux autorités politiques. Cela malgré l’Accord-cadre et les communiqués finaux d’Abidjan et de Dakar, issus des rencontres des chefs d’Etat de la CEDEAO. Ce qui a eu comme conséquence immédiate l’agression inqualifiable du Président de la République, Dioncounda Traoré, le 21 mai dernier, une autre date malheureuse de l’histoire politique récente de notre pays.

La troisième raison est relative à la reconstruction de l’armée malienne. Elle doit se faire sur une base saine, républicaine et patriotique. Ce rétablissement de l’armée dans ses nobles fonctions doit se faire sans le CNRDRE, pour éviter une contagion de la génération montante et permettre à celle-ci d’avoir une très bonne formation, tant au point de vue militaire et moral, car il faut qu’elle sache qu’un putsch est encore et toujours «un crime imprescriptible» au Mali. Comme le dit l’adage: «on ne peut pas faire du nouveau avec du vieux».

Après la loi d’amnistie et les avantages faramineux que l’Etat (tout comme ses partenaires) est disposé à accorder à Sanogo et à ses hommes, ils devront se tenir tranquilles, hors du dispositif militaire, pour donner la chance à d’autres de libérer immédiatement le Nord, d’assurer l’unité du pays et la sécurité des populations et de leurs biens. Ils auront auparavant été dotés d’une Loi d’orientation et de programmation militaire pour les besoins de l’équipement de l’armée. Viendra s’ajouter à ce dispositif un Comité militaire de suivi et de la réforme des forces armées, de défense et de sécurité.

Vivement donc, la mise en retraite du Capitaine Sanogo, et, avec lui, des autres membres du CNRDRE, parce que, tout simplement, on ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre!

Chahana Takiou

22 Septembre du 28 Mai 2012