Partager

A l’issue du 1er tour des législatives du 24 novembre, les résultats publiés par le ministère en charge de l’organisation des élections, en attendant la confirmation de la Cour Constitutionnelle, donnent le RPM grand vainqueur de ce premier round avec 7 sièges enlevés dans six circonscriptions électorales. Il s’agit de Dioïla (2 députés), Tin Essako (1), Tessalit (1), Abeïbara (1), Badiangara (1), Bourem (1). Les Tisserands sont talonnés par l’URD qui s’en sort avec 5 élus, obtenus à Niafunké (2), Djenné (2), Baraoueli (1). La CODEM enlève 1 siège à Badiangara. Le CNID s’en sort avec un seul élu à Baraoueli. Idem pour Yélema dans la même localité. A Ménaka et à Kidal, les deux sièges ont été engrangés par des indépendants.

Pour le second tour, le RPM est en ballottage favorable dans 13 circonscriptions pour 29 élus. De même, il se trouve en ballotage défavorable dans 13 autres circonscriptions pour 29 sièges encore.
Le RPM surprend ceux qui disaient que le parti n’existe pas et qu’IBK doit son élection à lui-même et non à sa formation politique, oubliant qu’on ne peut pas faire un distingo entre IBK et les Tisserands. Le RPM, c’est bien IBK et vice-versa.

Les Tisserands se font donc respecter en se classant, pour l’instant, premiers avec 7 élus. La configuration qui se dessine au second tour eux est largement favorable, surtout que leurs alliés de la première heure, notamment ASMA de Soumeylou Boubèye Maïga qui a fait un score honorable, en à peine 5 mois d’existence, appellent déjà à voter le RPM dans les circonscriptions où ils ne sont pas au second tour. Cependant, le parti de Boubèye, en duo avec l’ADEMA, croisera le fer avec le RPM à Gao. Tandis qu’à Macina, la liste ASMA est en duel à mort avec l’ADEMA pour deux sièges. La liste ASMA– URD – CODEM est opposée à l’UDD à Bankass.

Au regard des forces en présence au second tour, aucune majorité absolue n’est possible à l’issue du scrutin du 15 décembre. Une certitude : la coalition IBK, le Mali d’abord, pourra, bel et bien, avoir cette majorité absolue, sans compter les éventuels sièges de l’ADEMA et les autres qui ont regagné la coalition. Une autre certitude : le RPM aura le plus grand nombre de députés, soit la majorité simple. L’URD et l’ADEMA se disputeront la deuxième place. A suivre.

Chahana Takiou

22 Septembre du 2 Décembre 2013