Partager

Fatigués des tergiversations des signataires de l’accord de paix issu des pourparlers d’Alger plus d’une année après sa signature, les Kidalois ont marché le lundi 30 avril dans les rues de la capitale de l’Adrar des Ifoghas. Les manifestants réclament le retour des services sociaux de base dans la région. En effet, Kidal manque de tout : les enfants ne vont toujours pas à l’école, le manque d’eau et d’électricité rend la vie difficile aux populations. Pire, l’aide humanitaire est détournée, selon les manifestants. Pour mettre fin à son calvaire, la population de Kidal exige une application diligente de l’accord de paix qui après 8 réunions du comité de suivi est dans l’impasse.

Prévue pour la fin du mois de mai, l’ouverture de la 9ème réunion du CSA a été finalement repoussée au début de ce mois de juin, plus précisément le 3. Pour désenliser le processus de paix, une rencontre entre les parties signataires de l’accord vient de prendre fin à Alger. Les groupes armés (la Coordination des mouvements de l’Azawad et la Plateforme), continuent d’indexer le gouvernement malien d’être le goulot d’étranglement de la mise en œuvre de l’accord. Dans un communiqué conjoint, à la clôture de la réunion d’Alger, les groupes armés indiquent qu’une année après sa signature, l’accord n’a connu aucune avancée significative faute de bonne volonté du gouvernement malien. Ils ont demandé à la médiation internationale plus d’efforts pour amener le gouvernement malien à diligenter la mise en œuvre de l’Accord et à respecter les engagements pris dans ce cadre avant que la situation ne dégénère. Le ministre de la Réconciliation nationale du Mali, Zahabi Ould Sidi Mohamed, relativise et demande l’accompagnement de tout le monde. Selon lui, les questions qui divisent les membres du CSA (mise en place des autorités intérimaires) seront réglées lors de la réunion à venir. Une chose reste sûre, cette sortie des kidalois est un véritable camouflet pour les groupes armés et un avertissement pour toutes les parties prenantes au processus de paix au Mali.

Madiassa Kaba Diakité

Le Républicain du 1er Juin 2016