Partager

Investi le 4 septembre Président de la République, IBK, a attendu 38 longues heures avant de faire annoncer le nom de son Premier ministre. Il s’agit d’Oumar Tatam Ly, un haut cadre de la BCEAO, bardé de diplômes.

jpg_CT-3.jpgEst-il le bon choix ? Il est difficile d’y répondre par la négation avant de le voir à l’œuvre, même si certains pensent qu’il fallait un Premier ministre politique dans la perspective de la réhabilitation du politique, le régime passé ayant ravalé les acteurs politiques au second plan.

Il faut quand même se dire que le tout nouveau Président, avec le parcours qui a été le sien, comme militant, homme politique, parlementaire et homme d’Etat, doit savoir à qui il a affaire. Sa connaissance du Premier Ministre ne date, semble t-il, pas d’hier, ni de la Direction de campagne du Président Konaré en 1992. Leur collaboration ne part pas du bref passage de Ly à la Présidence. Il y a 15 ans déjà, il était donné Premier Ministrable. Si, finalement, cela s’accomplit aujourd’hui, c’est qu’Oumar Tatam Ly possède certainement des qualités réelles.

Selon plusieurs témoignages recueillis, il reste, de loin, le meilleur de sa génération, et pas seulement parce qu’il était parmi les premiers de la classe (le 1er plus souvent, également premier au Concours national du Sénégal), mais parce qu’il a des qualités humaines telles que son éducation, sa culture et sa stature.

« On voyait tous qu’il y avait en lui, une certaine dimension, une forme de grandeur depuis son plus jeune âge. Cela nourrit très tôt et entretient encore les jalousies, et les médisances d’aujourd’hui. Tu es assez bien placé pour savoir comment sont les gens chez nous. Saches seulement que le PM est un homme de principes. C’est un homme tolérant, mais il ne permettra pas certains débordements. Ceux qui le feront s’en mordront les doigts. Il y a des choses avec lesquelles il ne transigera pas. Il ne verse pas dans notre « moussalaha traditionnel (hypocrisie)« , nous a expliqué un de ses proches, diplomate de son état.

Ce qu’il faut savoir, c’est que le tout nouveau Premier ministre, en plus de son agrégation à 23 ans, est un homme d’une dimension spirituelle extraordinaire. En effet, depuis plus d’une décennie, il accompli régulièrement le pèlerinage à la Mecque, un des cinq piliers de l’islam. Ce n’est pas tout. Il est réputé être un grand lecteur du Coran et possède une bonne connaissance du livre sacré ainsi que de la Bible.

Ce qu’il faut savoir également, c’est que plusieurs fois, Thierno Ly a visité les Saints de Tombouctou et de Hamdallaye pour les « Yejour« , afin d’honorer et de glorifier Dieu et, à travers lui, les Saints musulmans. L’Imam de la Grande Mosquée de la Cité des 333 saints, Ben Essayouti, peut le confirmer, mais beaucoup d’autres le savent également.

Il a, aussi, une dimension éthique: intégrité qui lui vaut la réputation d’ »asocial« . Refus du laxisme, exigence de qualité. Sa dimension technocratique n’est plus à démontrer avec sa grande culture, ses nombreux diplômes, ses nombreuses responsabilités assumées. Ce qui fait de lui un homme humble, réservé, cependant rigoureux et, encore une fois de plus, à cheval sur les principes.

Son seul défaut qu’on lui connait est la timidité. Senghor ne disait-il pas de prendre chez les gens plus les qualités que les défauts?

Pour terminer, il faut reconnaitre que le choix d’IBK pour démarrer son quinquennat est bien raisonné.

Le nouveau PM n’a pas été nommé parce qu’il est le fils du grand combattant Ibrahima Ly et de la grande combattante, Madina Tall, mère exemplaire. Il a été choisi pour ses compétences avérées. Maintenant, nous attendons de le voir à l’œuvre.

Chahana Takiou

22 Septembre du 9 Septembre 2013