Partager

L’Union africaine voulait une solution Olesegun au Sénégal. Elle y a crée désormais un problème Obasanjo qui n’aura eu qu’un mérite : éclipser momentanément le scrutin lui-même. Pas qu’au Sénégal mais partout en Afrique, car l’ancien président nigérian, lui-même un recalé du troisième mandat par le biais du déverrouillage constitutionnel propose sa jurisprudence personnelle aux démocraties poussives qui peuplent le continent.

Laquelle ? Quand on a 87 ans et quand votre opposition vous conteste le droit d’être candidat, vous pouvez passer outre et solliciter les suffrages. Mais attention, en cas de victoire, il vous faut un gouvernement d’union nationale, en somme une arche de Noé avec un échantillon de chaque braillard et puis vous ne pouvez pas rester plus de deux ans président.

Tragique. Mais logique, dira-t-on, car depuis longtemps l’Afrique ne fait plus rire personne. Mais il est paradoxal que Wade et ses opposants n’avaient causé que des ecchymoses au Sénégal, jadis une des rares fiertés du continent et qu’Obasanjo, en voulant apporter son remède, a simplement entaillé les veines du projet démocratique.

Que reste t-il maintenant à l’émissaire de Addis-Abeba sinon que de rentrer chez lui puisqu’il est récusé par les deux camps ? Et rentrer vite, d’ici à ce que les résultats transmis par portable donnent Wade et chacun de ses adversaires vainqueurs et que Dakar reparte de ses éruptions. Le plus souvent brèves, il est vrai.

Adam Thiam

27 Février 2012