Partager

Ce qui se passe au Sénégal voisin est trop grave pour que l’on ne s’y intéresse pas: que ce soit l’affaire Idrissa Seck, ancien premier ministre évincé et récupéré, celle naissante de Macky Sall probable ancien président de l’Assemblée nationale ou encore plus proche de nous les émeutes du pain et de la vie chère.

A regarder de près, tous les régimes, même ceux que l’on pensait éclairés, traînent l’immense tare du déficit de communication. Ce qui est de nature à allumer d’inutiles foyers de tension qui auraient pu être évités.

Partout où un conflit s’est déclaré, de quelque nature que ce soit, partout, cela a commencé par un déficit de communication entre les individus ou autour des problèmes qui les concerne.

Où à-t-on vu que l’on soit arrivé à faire le bonheur des peuples sans les avoir consultés et édifiés sur ses intentions ?
C’est le cas au Mali où très peu de personnes connaissent l’existence du PDES ou ce que cela recouvre, c’est une infime minorité de nos concitoyens qui ont eu accès à la lettre de cadrage du président de la République. Qui ira expliquer aux masses laborieuses le contenu de la future déclaration de politique générale du Premier Ministre?

Au Mali très peu de personnes ont pris connaissance du projet de loi sur le code la famille ou sont au courant de la gestion réservée à la crise au nord; les solutions, s’il y en a, envisagées pour contrer la flambée des prix ainsi que les moyens de l’apaisement du front syndical. Et ce ne sont pas les improvisations de ces dernières heures qui y changeront quelque chose.

Une impression donc de flottement qui, faute de n’avoir pu gérer à souhait le quotidien, ne peut prétendre se projeter dans le futur pour anticiper, pour voir loin et même pour voir grand.
A Dakar comme au Mali, les choix sont de plus en plus contestables et contestés, avec en prime, chez nous, des lenteurs, des reculades, des tergiversations, des faux semblants, des fuites en avant auxquels auraient pu mettre fin une analyse concertée d’une situation somme toute concrète.

Ndakarou se doit de se rappeler et le principe et la démarche.

Par S. El Moctar Kounta.

23 novembre 2007.