Partager

Afin de pouvoir formuler à partir d’indicateurs crédibles et d’objectifs raisonnables à atteindre le prochain document de Politique nationale de développement du numérique et son Plan d’actions pour les prochaines années, le ministère en charge de l’Économie numérique évalue le niveau d’utilisation des Technologies de l’information et de la communication (TIC).

L’étude lancée à cet effet devrait permettre de disposer de statistiques de base dans le secteur et d’apprécier l’état de mise en œuvre de la Politique nationale de développement de l’économie numérique. Un atelier de validation de cette étude se tient depuis hier dans un hôtel de la place. La cérémonie d’ouverture a été présidée par la secrétaire générale du ministère de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’Administration, Mme Mariko Assan Simbara. 

La direction nationale de l’Économie numérique est la structure centrale a en charge du développement de Politique nationale relative au développement de l’économie numérique. Elle ne peut pas projeter un document de politique sans disposer des données de base fiables sur le secteur, a expliqué le directeur national de l’économie numérique. «C’est pourquoi, nous avons commandité une étude dans ce sens pour savoir où nous en sommes.

À partir de cet existant, nous pouvons dégager certaines statistiques de base qui vont nous permettre de fixer les indicateurs crédibles pour nous permettre de fixer des objectifs raisonnables à atteindre afin de pouvoir formuler le prochain document de Politique nationale de développement du numérique avec son Plan d’actions pour les prochaines années», a soutenu Abdoul Kader Ky. Selon lui, ce document est stratégique pour le secteur numérique, car il constituera le cadre de référence de toutes initiatives du secteur.

Pour la secrétaire générale du département, «les résultats de cet atelier permettront à la direction nationale de l’Économie numérique de nous projeter dans de meilleures perspectives en matière de développement des Tics pour une administration plus moderne et plus accessible aux usagers par le biais du numérique». Mme Mariko Assan Simbara a ajouté que dans une approche futuriste le numérique constituera le facteur essentiel de transformation sociale, de développement humain, de cohésion et de croissance de l’économie globale.

«Le gouvernement de la Transition s’est résolument engagé dans la modernisation de l’administration et le développement de l’économie numérique. Comme projets phares, elle cité le Pôle numérique agricole de Koulikoro, le Pôle numérique alphabétisation de Sikasso, l’opérationnalisation du Complexe numérique de Bamako, l’adoption de la Stratégie nationale de cyber sécurité et le Projet de transformation digitale. 

Source: L’Essor