Partager

De nombreux enseignants ont un statut de contractuels dans les écoles privées maliennes et passent ainsi un bon moment dans la précarité après la fermeture temporaire des classes. Mal payés en général beaucoup d’enseignants des écoles privées passent leurs vacances dans un état critique.

C’est là un facteur qui décourage et démobilise par rapport aux écoles privées, chose qui nécessite une réorganisation avec l’implication des autorités dans le contrôle du bon fonctionnement des écoles privées, ne serait-ce que pour exiger la qualité qui passe forcement par un bon traitement de ceux qui ont en charge de dispenser les cours.


La crise de l’emploi

Tout part du problème de l’emploi au Mali qui demeure endémique malgré les efforts des autorités dans la recherche de solutions et la multiplication des initiatives de création d’emplois. Un emploi décent et sécurisant est le rêve de tous les chômeurs. Cette question est d’autant plus cruciale qu’elle ne laisse indifférent personne. Cela est l’une des raisons qui poussent beaucoup de jeunes vers la craie, afin d’avoir un point de chute pour survivre.

Vu l’ampleur des difficultés rencontrées généralement pour intégrer la fonction publique, beaucoup d’enseignants s’orientent vers les écoles privées où il y a plus d’opportunités. Les enseignants des écoles privées, constituent aujourd’hui un maillon essentiel de notre système éducatif de la base au secondaire. Leur apport dans la formation au Mali n’est plus un secret pour personne. Cela malgré que le profil de formation de certains ne corresponde pas toujours avec les besoins exprimés.


Deux poids, deux mesures

Ainsi, à la faveur de l’offre qui est nettement plus importante que la demande, ils perçoivent le plus souvent de maigres salaires et ne sont pas payés pendant les vacances. C’est dire que la période des vacances constitue celle de la rupture entre les promoteurs d’écoles privées et les enseignants à la différence de ceux de l’Etat.

Généralement les contrats qui lient certains promoteurs d’écoles privées aux enseignants sont basés sur l’exploitation. Il ne dure en effet que 9 mois, soit l’année scolaire. Toute chose qui complique davantage le problèmes scolaire, la multiplication des cours privées et la manifestation des affaires parallèles en milieux scolaires car il faudra bien que pendant les vacances les enseignants aient de quoi nourrir leurs familles.

C’est pourquoi il faut une réorganisation des écoles privées par souci de résultats plus probants comme le veulent aujourd’hui les autorités, les parents d’élèves, les élèves et étudiants.

En tout cas, les problèmes scolaires ne sauraient être resoulus sans une stabilité et une amélioration des conditions de vie des enseignants tant du public que du privé.

Ousmane BERTHE (Stagiaire)

26 Août 2008