Partager

Même si le gouvernement Cheick Modibo Diarra se félicite de l’organisation des examens de fin d’année avec beaucoup de succès, force est d’admettre que l’école malienne est malade. Depuis plus d’une décennie, des grèves d’enseignants succèdent à celles des élèves et des étudiants.

Au lieu de se battre au niveau des bibliothèques dans une rivalité saine pour être les majors des promotions, des étudiants maliens ont opté pour l’usage des machettes et des armes à feu, dans le but de contrôler le mouvement syndical.

Mis bout à bout, tous ces problèmes ont fini par inscrire l’école malienne sur la liste de celles qui sont les moins performantes du monde. Dans le but de dégager de nouvelles pistes pour faire sortir l’école malienne de l’ornière, le Réseau de Communication Kayira, en partenariat avec la Fondation Rosa Luxemburg, a initié une formation de 30 leaders syndicaux d’enseignants sur le thème : <>.

Face aux problèmes multiples de l’école malienne, pour éviter à ce pays le sort lamentable d’une nation d’incultes, il est aujourd’hui urgent de revoir le système éducatif.

Selon Madou Diarra, coordinateur du Réseau de Communication Kayira, il est aujourd’hui urgent et d’actualité de revoir le système pour éviter de continuer à sacrifier des générations de maliens. Selon lui, cet atelier organisé par le Réseau de Communication Kayira en partenariat avec la Fondation Rosa Luxemburg, est un espace qui veut aller vers un système d’éducation alternatif.

De façon précise, il dira que cet atelier vise à attirer l’attention des décideurs sur la déroute du système éducatif et de proposer des solutions adéquates en phase avec les réalités maliennes. Cet atelier de trois jours, démarré le 28 juillet 2012, au siège de l’ONG Médecins de l’espoir santé pour la communauté (MEDES-SAPCOM), se propose de tirer la sonnette d’alarme, afin de déclencher une prise de conscience et de mettre en exergue les vraies causes de l’échec du système éducatif actuel. Les 30 leaders syndicaux des enseignants, à la clôture de l’atelier le 30 juillet 2012, ont abouti à des propositions alternatives de la reforme du système éducatif malien, afin qu’il soit au service du développement du pays.

Assane Koné

02 Août 2012