Partager

Le Syndicat national de l’enseignement supérieur (Snesup) était depuis mardi dernier en grève illimitée. Les facultés des sciences économiques et de gestion (FSEG) et des Lettres arts et sciences humaines (FLASH) et autres suivent à la lettre le mot d’ordre de grève illimitée décrétée par leur syndicat, le Snesup. Depuis mardi dans ces établissements, les professeurs étaient absents.

En effet, ce débrayage du personnel enseignant et l’administration scolaire est la suite logique d’un préavis de grève illimitée déposé le 11 février 2008. Un préavis dont le seul point de revendication est “la sanction des auteurs des agressions physiques et morales du personnel enseignant et administratif du supérieur et le rétablissement de la sécurité dans les facultés, instituts de l’université de Bamako et grandes écoles”.

Ces dernier temps, l’insécurité a pris de l’ampleur au niveau de l’espace scolaire. Il y a eu l’agression d’un professeur à la FLASH et l’attaque du domicile du doyen de la faculté des sciences juridiques et politiques (FSJP).
Certains étudiants s’inquiètent quand même pour le bon déroulement de l’année scolaire.

Les cours viennent à peine de commencer dans la plupart des facultés. “C’est la semaine dernière que nous avons commencé les cours pour le compte de l’année scolaire 2007-2008 au niveau des 2è 3è et 4è années. Une semaine après, on constate que nos professeurs sont en grève illimitée. Je me demande quand est-ce que cette grève sera levée. De toutes les façons, elle jouera sur l’année scolaire, car nous sommes déjà en retard”, a déclaré avec amertume Samba Diarra, troisième année Licence à la FLASH.

Les négociations avaient échoué lundi 25 février entre les enseignants et les ministres des enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique, Amadou Touré ; de la sécurité intérieure et de la protection Civile, Sadio Gassama ; de la fonction publique, du travail et de la reforme de l’Etat, Abdoul Wahab Berthé.

Ceux-ci voulaient amener les enseignants à revenir sur leur décision d’aller en grève. Comme réponse, ils ont jugé nécessaire d’aller “informer leur base avant de prendre une décision”.

C’est au moment où nous mettions sous presse qu’un communiqué lu par le secrétaire général du Snesup, Dr Abdou Mallé, invitait les professeurs à reprendre les cours aujourd’hui jeudi 28 février.

Hadama B Fofana

28 Février 2008..