Partager


Le bureau du Haut Conseil Islamique de la Commune V, en collaboration avec l’Association malienne des jeunes musulmans (AMJM) a organisé, dimanche 4 mai, à la Grande mosquée de Daoudabougou, une grande prière. Laquelle avait pour objectif de promouvoir le retour de la paix dans le Nord du Mali, de sauver l’école malienne de l’année blanche et d’exorciser l’inflation, qui aménuise le pouvoir d’achat des Maliens.

Le dimanche 4 mai est une date qui sera gravée en lettre d’or dans les annales de la Grande mosquée de Daoudabougou. En effet, c’est dans ce lieu saint que les musulmans de la Commune V se sont retrouvés pour prier Allah le Tout Puissant pour le retour de la paix dans le Nord du Mali, pour sauver l’école malienne de l’année blanche et pour exorciser l’inflation qui amenuise le pouvoir d’achat des Maliens.

La cérémonie, organisée par le bureau du Haut Conseil Islamique de la Commune V, en collaboration avec l’Association malienne des jeunes musulmans (AMJM), a commencé par la lecture de la Fatia. Après cette séance, le porte-parole de la Grande mosquée de Daoudabougou, Alfousséni Coulibaly, a souhaité à tous les participants la bienvenue.

Ainsi, la suite des travaux a été consacrée à la lecture de tous les versets du Coran dont les parties ont été reparties entre les groupes. Durant quatre heures d’horloge, les lecteurs ont lu et répété 123 fois le Coran.

Au terme de la journée, nombreux sont les participants qui ont manifesté leur satisfaction.

Abdoulaye Haïdara, maître coranique, d’affirmer : « Je crois que tout le monde a compris que l’humanité traverse actuellement des crises.

Si ce ne sont pas des inondations à l’image de la Tsunami, ce sont des tempêtes comme Catharina aux Etat-Unis qui déciment les êtres humains. Au Mali, force est de constater que les populations souffrent énormément aujourd’hui. Les chefs de familles ne savent pratiquement plus à quel saint se vouer. Ils arrivent difficilement à assurer la subsistance de la famille. Les prix des denrées alimentaires de première nécessité ont, en espace d’une année, doublé.

L’homme, face à ses différentes crises, ne peut rien faire. Il doit demander l’assistance de Dieu. C’est lui Seul qui est capable de faire quelque chose« .


Initiative salutaire

Alou Badra Touré, enseignant dans une Mardersa, de soutenir que l’initiative du bureau du Haut conseil Islamique de la Commune V et de l’AMJM est très salutaire. « Avec toutes ces prières, il faut espérer que la situation va changer pour le Mali où l’école est menacée par le spectre d’une année blanche, l’instabilité qui va grandissante dans le Nord du Mali et l’inflation qui est en train d’enfoncer les populations dans la paupérisation.

Dieu lui-même a dit aux Hommes de multiplier la prière quand ils sont devant des obstacles. L’arme du musulman devant n’importe quel précipice est la prière  » a-t-il laissé entendre.

Aminata Doucouré, ménagère de son état, de s’exprimer en ces termes: « Je suis venue à cette grande prière pour beaucoup de raisons. Je suis veuve. J’ai deux enfants qui sont à la Faculté des sciences juridiques et politiques. Aujourd’hui, à cause de la grève, ils n’étudient plus. Je fais mon petit commerce pour les nourrir.

Leur aîné, qui m’aide à subvenir aux besoins de la famille, est un militaire. Il sert présentement à Kidal, certainement entre la vie et la mort. Tout ce que je peux faire, c’est de prier Dieu. Je suis confiante que tout se passera bien ».

Pour terminer, il convient de souligner qu’aujourd’hui l’école, la crise à Kidal et la cherté de la vie sont les préoccupations majeures du gouvernement. Lequel compte sur la participation de tout le monde pour une gestion efficace de ces sulfureux dossiers.

Espérons que les lectures de Coran ou autres livres révélés vont se multiplier pour sauver le Mali.

Abdoul Karim KONE

13 Mai 2008