Partager

ecobank.jpgSamedi, au lendemain des travaux de son Conseil d’administration, une conférence de presse organisée par le Groupe Ecobank et animée principalement par Mandé Sidibé, le président du C.A, a eu lieu à l’hôtel de l’Amitié.

Etait également présent, le directeur général de Ecobank-Mali, Yves Coffi Quam Dessou,

Mieux faire connaître l’institution, restait le principal objectif de ce point de presse.
Résultats du conseil d’administration, restructuration de l’établissement, sa stratégie et son programme d’expansion, la banque de détail, intervention de la banque dans la microfinance et le commerce ont été largement débattus.

Créé en 1985, le groupe Ecobank est gouverné par une maison mère dont le siège se trouve à Lomé au Togo. Le groupe emploie 6000 personnes.

Avec aujourd’hui un actif de plus de 3 milliards de Fcfa, la banque poursuit un ambitieux projet d’expansion dans le cadre de sa stratégie pour devenir une banque panafricaine.

C’est ainsi, qu’elle va lever 300 millions de dollars (150 milliards Fcfa) sur le marché des capitaux pour financer cette croissance continentale et rehausser sa plate-forme technologique. Cette décision a été prise le 26 janvier dernier, durant l’AG extraordinaire du groupe qui s’est tenue au Togo.

La priorité de la session qui vient de s’achever, selon Mandé Sidibé, était la préparation de l’Assemblée générale du groupe qui doit se tenir dans un mois.

Le CA a fait le point de l’évolution du groupe et approuvé les comptes et c’est au sortir de la prochaine AG que le rapport annuel sera disponible, a-t-il indiqué.

Selon Mandé Sididé, concernant la banque de détail, une stratégie agressive couvrant des secteurs clés a été adoptée par Ecobank : « notre perception de l’Afrique est positive. Il y a une nouvelle Afrique qui naît avec l’évolution de la technologie, la recherche de solutions aux guerres, l’amélioration de la qualité de vie. La moyenne Afrique est un concept développé par Ecobank. C’est dans cette zone géographique que nous voulons intervenir. Ecobank a franchi les barrières linguistiques. Nous avons créé un groupe africain avec le concept de banque unique à travers toute la région. Partout, nous avons la même qualité de service. Bientôt nous allons créer notre centre de formation « , a-t-il indiqué.

La stratégie de croissance du groupe Ecobank s’appuie sur deux axes : la croissance organique et l’ouverture de nouvelles banques.

Ecobank travaille dans les pays avec des institutions de microfinance en refinancant leurs activités. C’est ainsi, qu’elle vient de signer un protocole d’accord avec Accion international, la première institution mondiale de microcrédit pour développer la microfinance en Afrique de l’ouest et du centre.

Comme produits offerts par le groupe, nous avons des prêts dont les montants peuvent être aussi modestes que 100 dollars (environ 50.000 Fcfa), des services d’épargne et d’assurance, des formations d’initiation à la finance, et d’autres services financiers connexes destinés à aider à sortir de la précarité.

En 2006, la banque a continué à investir dans la technologie et la microfinance, selon le directeur général de Ecobank-Mali, Yves Coffi Quam Dessou.

Grâce au vaste réseau mis à la disposition des agences de voyage de l’Afrique de l’ouest et du centre par Amadeus, principal partenaire technologique de l’industrie du voyage, les clients de Ecobank peuvent actuellement avoir accès aux produits bancaires électroniques et utiliser les cartes bancaires qui facilitent les échanges, a précisé Mr Dessou.

Le groupe Ecobank œuvre à la promotion des femmes. Actuellement, on trouve des femmes directrices d’Ecobank en Guinée Bissau, au Liberia et en Sierra Léone.
Devenir le principal groupe régional bancaire en Afrique, reste une grande ambition de Ecobank. Aujourd’hui, le groupe est présent en Afrique de l’Ouest, du Centre et de l’Est. Ecobank envisage également de s’installer dans les grands centres monétaires comme Dubaï, Londres etc.

Un projet innovant pour le développement du commerce a été conjointement lancé par la maison mère du groupe Ecobank (Ecobank transnational incorporated) et l’Usaid.

Grâce à ce programme de promotion du commerce par l’accès au crédit, relations entre les banques commerciales et les PME (particulièrement les sociétés orientées vers l’exportation) vont non seulement être améliorées, mais également faciliter un accès accru au crédit ainsi qu’à des produits financiers adaptés.

Pour faire face au dynamisme du marché et à la concurrence, les conférenciers ont estimé qu’il fallait restructurer le groupe, afin d’augmenter les revenus et mieux servir la clientèle.

20 mars 2007.