Partager

Les populations des cinq localités, qui ont la par­ticularité d’être toutes dans les périphéries de Bamako, étaient sorties massi­vement le 13 février 2007 pour dire grand merci au gouverne­ment du Mali qui a bien voulu leur enlever une épine du pied par l’éclairage public de leurs localités respectives. En raison de l’obscurité, ces localités sont devenues le refuge par excellence des malfrats. Les populations ont longtemps souffert de leurs exactions et leurs violences quotidiennes. C’est pourquoi, les popula­tions ont toujours réclamé l’éclairage public. Ce cri de coeur a été finalement enten­du par le Président de la République qui a donné des instructions au ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau pour que ces quartiers de Bamako et environnants aient l’éclairage public. Le lance­ment des travaux d’éclairage public des quartiers de Niamana, Sirakoro Méguétan, Niamakoro, Sabalibougou et Kalabambougou est la suite logique de cette instruction présidentielle et s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre de la politique énergétique nationale, ainsi que du plan directeur d’éclairage public des villes du Mali. Le pro­gramme est totalement finan­cé par le budget national pour environ un milliard de F Cfa. Les infrastructures et équipements qui seront créés per­mettront d’assurer non seule­ment l’éclairage public, mais aussi l’extension du réseau électrique pour les branche­ments des abonnés privés. Exécutés par l’Energie du Mali (EDM-SA), les projets permet­tront de réaliser des systèmes d’éclairage public moderne, totalisant environ 40 km de réseau et 527 lampadaires. Ces travaux ont pour but de circonscrire l’insécurité et d’amé­liorer le cadre de vie des popu­lations par la stimulation des activités socio-économiques à travers l’énergie électrique. Partout où la délégation ministérielle est passée, c’était la satisfaction.

Les maires et les chefs tradi­tionnels des localités concer­nées ont exprimé leur joie de voir l’Etat s’occuper de l’une de leurs principales préoccu­pations à savoir la sécurité des populations par l’éclairage public. Mieux que la sécurités ces autorités locales pensent que l’éclairage public contri­bue au développement par la multiplication des activités génératrices de revenus parti­culièrement pour les femmes. Pour le Maire de la Commune IV, l’éclairage public est la réponse appropriée à l’insécu­rité. « Aucun pays ne saurait résoudre l’équation du déve­loppement sans l’éclairage public« , martela-t-il. Le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau a long­temps insisté sur l’entretien des infrastructures et équipe­ments à réaliser. « Nous sommes là aujourd’hui pour le lancement des travaux d’éclai­rage public. Mais je sais que nous ne retournons pas ici [ndlr : les localités concer­nées] pour la réparation des infrastructures« , a indiqué Ahmed Diane Séméga. La délégation ministérielle com­prenait entre autres, le Conseiller en énergie du ministre, Solomani Diakité ; le président du Conseil d’admi­nistration d’EDM-SA, Adama Traoré et le Directeur général d’EDM, Sékou Alpha Guittèye.

Idrissa Maïga

15 fav 07