Partager

Mamankan Diawara, soliste de la région de Kayes, à 19 ans, est fiancée. Cette jeune griotte, par le timbre de sa voix a émerveillé le stade Abdoulaye Makoro Sissoko de Kayes.

Fille de Fadjala Diawara, artiste malien vivant en France et de Machini Diabaté, Mamankan est sociétaire du groupe « Sabougnouma » de Kita, depuis 3 ans. A ses moments perdus, elle s’adonne à la coiffure.

« Quand je ne chante pas, je rends les femmes belles en les tressant », a-t-elle déclaré. Qui mieux qu’une fille d’immigré pouvait chanter les souffrances et le courage de nos compatriotes qui ont quitté le pays dans l’espoir d’y revenir un jour, avec la ferme volonté d’occuper leur place dans le développement.

Fille d’immigré malien en France, Mamankan Camara a chanté sans hésitation « Tougan magni » (l’aventure n’est pas bonne).

Cette jeune griotte, surprendra plus d’un. Sa maîtrise de scène, ajoutée au charme que son timbre vocal dégage, lui donnent toutes les chances de compter parmi les artistes de demain.

Dans sa chanson « Tougan magni », elle dénonce les difficultés de l’immigration et conseille ses compatriotes de ne jamais oublier ce qui les a fait partir du pays.

« Si vous partez, souvenez-vous du pays, des parents et des amis », a-t-elle conseillé. Prise en main et bien encadrée, cette jeune artiste peu surprendre dans l’avenir.

Assane Koné

Envoyé spécial à Kayes

30 Décembre 2008