Partager

Après le Front pour la Démocratie et la République (FDR) et l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP), un troisième regroupement politique est en gestation.

En effet, l’information a été donnée par le président du tout nouveau parti politique le Mouvement Patriotique pour la Justice Sociale (MPJS) en la personne de M. Mamadou Maïga. C’était lors de leur toute première conférence de presse qui a eu lieu le samedi 15 mars 2008 au Centre Islamique d’Hamdallaye.

On se demande pourquoi ce parti ambitionne de constituer un troisième regroupement politique. Pourtant, nous savons bien que le FDR et l’ADP ont vu le jour dans la précipitation.

FDR VERSUS ADP

Les partis de l’ADP ont choisi de soutenir la candidature d’ATT pour permettre à celui-ci de faire un second mandat, sachant bien qu’ils ne pouvaient pas lui tenir tête à l’élection du président de la République. On se souvient des propos tenus par certains d’entre eux : “s’il y a un candidat qu’il faut soutenir ça sera le président ATT”.

S’agissant du FDR, aucun des partis qui l’ont constitué ne pouvait tenir contre le président ATT. Néanmoins, ces partis ont formé un seul bloc pour équilibrer le fossé qui existerait entre eux et l’unique candidat potentiel. Ils avaient misé sur un deuxième tour. Les leaders de ces partis étaient en perte de popularité pour les uns et de crédibilité pour les autres.


POURQUOI UN AUTRE REGROUPEMENT POLITIQUE?

La question mérite d’être posée, surtout en sachant que les deux regroupements que nous connaissons aujourd’hui n’existent que de nom. Les actions de nombre d’entre eux sur le plan de l’action gouvernementale pour l’amélioration des conditions de vie des Maliens sont moins visibles. Pourquoi donc créer un troisième regroupement politique. Ne sera-t-il pas un regroupement de plus ?

Selon le président du Mouvement Patriotique pour la Justice Sociale, M. Mamadou Maïga, ce regroupement pourra bientôt voir le jour. Ce dernier entend être du côté de l’opposition. C’est pourquoi lors de la première conférence de presse tenue samedi, il n’a pas caché son indignation contre l’administration car, il reproche au gouvernement d’avoir laissé son parti , pour ne lui avoir pas délivré le récipissé à temps afin qu’il bénéficie l’aide de l’Etat.

Du coup, ce parti vient d’étaler sur la place publique sa toute première préoccupation, sans être connu au public. Il s’agit de l’argent que l’Etat accorde aux partis. Evidemment comme eux, beaucoup d’autres partis, par souci de bénéficier de cette aide, se profilent à l’horizon. Comme si pour eux, il suffit d’être créé officiellement pour en bénéficier, sans pour autant réunir les critères de cette aide.

LES DISSIDENTS DU MPDD

Disons le, MPJS est composé essentiellement des dissidents du Mouvement Populaire pour la Démocratie Directe (MPDD). Le parti, on s’en souvient, a été disloqué à cause de la mauvaise gestion de ses fonds. Ce sont aujourd’hui ces mêmes acteurs politiques qui se regroupent autour du Mouvement Patriotique pour la Justice Sociale (MPJS).

Quelle justice sociale entendent-ils prôner? C’est la question que l’on se pose. Aussi, comment les dirigeants de ce parti vont-ils former un regroupement avec des partis politiques qui ne partagent pas les mêmes idéologies politiques? C’est le temps qui nous en dira.

Hady BARRY

18 Mars 2008.