Partager

Bien conçue et bien conduite, l’Initiative riz « pourrait effectivement être facteur de sécurité et de souveraineté alimentaire ».

Selon un communiqué de presse produit par les visiteurs du RPM chez Modibo Sidibé, à la tête desquels se trouvaient IBK, les efforts consentis dans le cadre de l’initiative riz ne doivent pas être annihilés par les difficultés de commercialisation auxquelles elle se heurte actuellement.

Il faut préciser que ces difficultés ne sont autres que l’évasion comme par enchantement de la production record de plus d’un million de tonnes de riz, l’impossibilité pour l’Opam et les commerçants de s’approvisionner, faute de riz sur le marché national.

Echec et mat de l’initiative de cette année. Aussi le RPM rejoint le Parena qui a eu l’avantage d’aviser à temps en soutenant en juin 2008 que l’Initiative était généreuse mais tout en recommandant son report pour une préparation rigoureuse.

Mais conçue dans la précipitation et dans l’improvisation, elle ne pouvait pas apporter une réponse à la crise des marchés céréaliers. Mieux le Parena avait mis en garde contre les dérives qui jurent avec les principes de la bonne gouvernance.

Le parti dont le président Tiebilé Dramé présidait le FDR avait inscrit sa réflexion dans le cadre des activités de ce front de l’opposition. Des propositions concrètes ont été faites au Gouvernement, notamment celle suggérant de différer d’une année la mise en œuvre de l’initiative Riz pour épargner au trésor public d’importantes saignées financières.

A noter qu’à l’occasion de l’Initiative riz le marché des engrais d’un montant de près de 12 milliards aurait été passé de gré à gré. La visite d’IBK bien que tardive, a l’avantage de préciser que le RPM est sur la même longueur d’onde que le Parena, en ce qui concerne l‘Initiative riz.


B. Daou

24 Février 2009