Partager

Après les élections présidentielles et législatives, les femmes sont plus que jamais déterminées à réussir leur combat dans les instances de prise de décision. Voilà tout le sens de la rencontre que la plate-forme de veille des femmes pour des élections apaisées a initiée avec les 14 femmes élues à l’hémicycle. L’objectif est de créer une synergie d’action entre la plate-forme et les femmes députés.

En effet, à quelques mois des communales, les leaders des associations féminines posent déjà le jalon pour leur positionnement sur les listes au sein des partis politiques. Voilà tout le sens de la rencontre entre la plate-forme de veille des femmes pour des élections apaisées et les 14 honorables femmes de la 5e législature du Mali.

Pour la ministre de la Famille, de la promotion de la femme et de l’enfant, Sangaré Oumou Bâ, cette cérémonie est la fin d’un processus puisqu’elle est le couronnement de l’ensemble des efforts consentis par la plate-forme de veille. Elle est également le début d’un autre processus puisqu’elle se caractérise par votre entrée en fonction chers honorables députés.

En effet, la plate- forme, a initié cette rencontre entre les faitières et femmes parlementaires afin d’asseoir les bases d’un cadre de concertation et renforcer la dynamique déjà enclenchée. Elle s’est félicitée de la tenue des élections dans une atmosphère sans violence. Parlant de cette rencontre la présidente de la plate- forme, Traoré Nana Sissako dira : «ce cadre que nous voulons fécond, nous permettra d’élaborer une feuille de route pour dégager les voies et moyens nous conduisant à atteindre nos objectifs communs et relever le défi de l’émergence politique des femmes» . Cependant, poursuit- elle, malgré les nombreuses activités d’accompagnement entreprises pour les candidates, il faut reconnaitre que les femmes restent encore tributaires d’énormes difficultés qui empêchent leur émergence et leur épanouissement.

Selon le représentant résident de l’Onu-femme, Bill Cataria, si la participation des femmes aux élections constitue un premier défi à relever pour entrer dans la vie politique, la participation effective des femmes élues dans les instances en est une autre. A cet effet, conseille aux femmes d’occuper la place qui leur revient au sein de l’assemblée nationale et montrer qu’elles peuvent assumer leurs responsabilités de manière adéquate et agir avec le leadership indispensable pour représenter effectivement les intérêts de la nation.

Rappelons que le PNUD- Papem selon sa représentante Mme Mariama Souley Touré, entend continuer le combat pour plus de femmes aux postes de responsabilité.

F. Mah Thiam KONE

L’Indépendant du 21 Janvier 2014