Partager

l

L’accès à une source d’eau salubre et potable est un droit pour tout être humain. C’est pourquoi, dans le cadre des bonnes pratiques en matière d’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement des personnes handicapées, et sur la base d’une étude réalisée en 2007 sur le sujet, Handicap International vient d’organiser, ce mercredi 21 Janvier 2009 (dans la salle de réunion de la FENASCOM, sise à Torokorobougou), un atelier de présentation de l’étude sur l’accessibilité des personnes en situation de handicap à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement.

L’objectif de cet atelier est de partager les expériences des participants à l’atelier en matière d’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement des personnes handicapées ; envisager des relations de partenariat entre les participants, pour la mise en œuvre d’actions communes ; amener les partenaires techniques et financiers à prendre en compte la problématique du handicap dans les actions de développement.

La tenue de cet atelier a été l’occasion, pour Handicap International, de présenter, à ses partenaires, les résultats d’une étude, fruit d’un partenariat entre l’université Messiah College et les organisations non gouvernementales Word Vision et Handicap International, sur l’accessibilité des personnes handicapées à l’eau à l’hygiène et à l’assainissement qui s’est réalisé dans le cercle de Tominian, dans la région de Ségou, de Janvier à Mai 2007.

Selon M. Hugues Nouvelle de Handicap International, cette étude est la partie intégrante du projet Waterand Disabilities Study mené par Messiah College et financé par Hiton Foundation.

A l’en croire, ce projet est durera trois ans (de Janvier 2007 à Décembre 2009) et a pour objet d’identifier les difficultés et les contraintes rencontrées par les personnes en situation de handicap, en termes d’accessibilité à l’eau, et de proposer des solutions innovantes pour répondre à leurs besoins spécifiques.

Au cours de cette rencontre, Messiah College a présenté les activités mises en œuvre suite à l’étude et les perspectives. Aussi, Sight Savers a présenté les résultats de son activité-pilote à Tienfala, dans la région de Koulikoro, sur les latrines “Damou“ et les puits adaptés.

Signalons qu’en Afrique subsaharienne et au Mali en particulier, l’environnement est largement inaccessible aux personnes handicapées, à tous les niveaux. Cette situation ne permet pas, aux personnes handicapées, de participer aux tâches quotidiennes
et renforce leur exclusion et leur dépendance envers leur entourage. Cette dépendance alimente le sentiment de la population que les personnes handicapées ne peuvent pas être autonomes.

Quoi qu’il en soit, la pleine participation des personnes handicapées dans la société dépend, notamment, de l’accessibilité de leur environnement physique.

C’est pourquoi l’Article 9 de la Convention internationale pour la protection et la promotion des Droits et de la dignité des personnes handicapées précise : “Afin de permettre aux personnes handicapées de vivre de façon indépendante et de participer pleinement à tous les aspects de la vie, les Etats doivent prendre des mesures appropriées pour leur assurer, sur la base de l’égalité avec les autres, l’accès à l’environnement physique, aux transports, à l’information, à la communication“.


Mariétou KONATE

22 Janvier 2009