Partager

Après l’échec de la médiation de Iyad Ag Aghaly, chef historique de la rébellion des années 90, les notabilités de Kidal ont pris le relais pour tenter une négociation de la dernière chance.

Au moment où nous mettions sous presse les négociations sont très avancées. Déjà, il nous est revenu, de source proche de la médiation, que les notabilités ont exigé trois choses : la libération de tous les otages, le déminage de la zone et l’arrêt de toutes les hostilités.

En réponse, la bande de Bahanga a, semble t-il, libéré les otages militaires enlevés dans l’après-midi du 26 août 2007 à Tedjeret, chargés de la protection des agents de la prospection antiacridienne. De même, Ie terroriste Ibrahim Bahanga aurait accepté le principe de déminage du secteur de Tinzawaten où il a posé les mines.

Enfin, il aurait également donné son aval pour une trêve durant ce mois béni du ramadan. Ce temps sera, semble t-il mis, à profit pour négocier de façon «responsable» avec la bande d’assassins que dirige Bahanga.

Nos sources indiquent qu’au moment où ces négociations étaient en train de se mener, l’armée malienne s’est précipitée sur le site pour les encercler. Ce qui a provoqué une panique et une réticence dans les rangs des bandits armés. Mais, ils ont finalement gardé le sang-froid avec l’assurance que leur a donné leurs interlocuteurs accusés même de complicité avec «l’ennemi». Au moment où nous bouclions ce numéro, nous n’avons pas eu la suite des événements relatifs à l’arrivée de l’armée sur le site.
A suivre.

Chahana TAKIOU

19 septembre 2007