Partager

Le 30 novembre 2006, Ikatel a changé de dénomination et s’appelle désormais Orange Mali. En effet, Ikatel est la filiale de la société nationale des télécommunications du Sénégal (Sonatel) dont 22% des actions sont détenus par France Télécom. Or Orange n’est autre que la branche mobile de France Télécom.

Pour fêter l’événement, Didier Lombard, le PDG de Orange, premier opérateur de télécommunication français et deuxième opérateur intégré (fixe et mobile) européen par le chiffre d’affaires, était présent à Bamako.

En bref, avec Orange Mali, l’utilisateur malien pourra avec sa puce, téléphoner de partout où Orange France est implantée dans le monde et ceci, à un coût réduit.

Les journaux titrent :

Le républicain du 04 décembre 2006 : « Orange Mali : le Mali, tout en Orange ».

L’Essor du 04 décembre 2006 : « Lancement d’Orange-Mali : Coup au but ».

Les Echos du 04 décembre 2006 : « Ikatel passe à Orange Mali : Pari assuré sur la performance ».

Les Echos du 06 décembre 2006 : « Didier Lombard, Pdg France Telecom : « Nous sommes là pour rester » ».

Le 30 novembre 2006, en prélude au lancement officiel de Orange Mali, une conférence de presse avec Didier Lombard, PDG de France Télécom, Alioune Ndiaye, PDG de Orange Mali et Cheikh Tiadiane Mbaye, président du Conseil d’administration de Orange Mali aux hommes de presse à eu lieu à l’hôtel Sofitel de l’Amitié…

« D’entrée de jeu, Alioune Ndiaye, PDG de Orange Mali, a annoncé le passage de Ikatel à Orange. Selon lui, en devenant Orange, Ikatel souscrit à la volonté du Groupe France Télécom auquel Ikatel appartient, d’unifier ses marques commerciales à travers le monde sous la marque Orange, afin d’anticiper sur le jeu de la concurrence mondiale dans le secteur des télécommunications, en opérant sous une marque forte de renommée internationale. En introduisant la marque Orange au Mali, le Groupe France Télécom conforte la place du Mali comme destination sûre pour les investissements. « Orange au Mali constitue une ouverture du pays sur tous les pays où la marque Orange est présente, avec pour les Maliens un apport technologique considérable, vecteur de développement socio-économique » a-t-il ajouté.

Cheikh Tidiane Mbaye, président du Conseil d’administration de Orange Mali a, de son côté, affirmé que le changement est un défi quotidien pour se maintenir sur les rails du développement et de la prospérité.

A en croire l’orateur, Ikatel a été unanimement reconnue comme une « success story » au Mali et en Afrique. « Pour pérenniser ce succès il nous faut opérer le changement et anticiper sur l’évolution de notre marché, avec l’arrivée imminente de marques internationales. C’est quand tout va bien qu’il faut changer. Le bon management anticipe le changement et n’attend pas quand les choses vont mal pour changer » a-t-il déclaré.
», écrit Les Echos du 04 décembre 2006.


Qu’est ce que Ikatel a apporté à notre pays …

« En lançant ses activités commerciales, le 24 février 2003, moins de six mois après l’attribution de la licence d’exploitation, Ikatel traduit ainsi la volonté du Gouvernement du Mali de libéraliser le secteur des télécommunications.

Dans l’intervalle de trois ans, il a présenté un bilan spectaculaire. 13 fois plus de Maliens ont accès au téléphone. Aujourd’hui, le nombre d’abonnés de Ikatel est estimé à 1 300 000 clients contre 100 000, il y a 3 ans dont 50 000 pour le fixe, et cela à des tarifs de communication très compétitifs, parmi les meilleurs d’Afrique. Les tarifs des communications internationales sont maintenant 6 fois inférieurs à ceux pratiqués, il y a 3 ans. L’uniformisation de la grille tarifaire en deux plages, avec le tarif local étendu à toute l’Afrique de 130 à 150 francs TTC et le reste du monde à 199 francs TTC rend la communication accessible à tous.

Le coût d’acquisition de la puce est aussi passé, chez Ikatel, de 30 000 F CFA à 1000 F CFA dont 1000 F CFA de crédits gratuit. Ce qui reste à la portée de la bourse du maximum de Maliens. S’agissant de l’accès à l’Internet haut débit illimité, le coût est passé en deux ans de 1,2 millions F CFA à 30 000 F CFA TTC par mois. Avec la croissance du nombre d’utilisateurs du téléphone, le taux de couverture, qui était de l’ordre de 5%, est passé à 24 %. Plus de 700 localités du territoire malien sont aujourd’hui couvertes.

Ikatel, un opérateur de téléphonie très innovant

Les travaux d’installation de la fibre optique ont permis au Mali de doubler sa capacité sur ce support, avec une deuxième sortie sur les câbles sous-marins transatlantiques permettant ainsi aux deux opérateurs de se secourir mutuellement. La grande innovation a été l’Internet sur le Mobile et Ikanet vient encore de faire un nouveau bond technologique dans les usages de la téléphonie mobile au Mali avec l’Internet haut débit sur le mobile.

En effet, le GPRS, qui est une évolution importante du réseau GSM, permet aujourd’hui aux clients Ikatel de disposer de solutions multimédias. Ils peuvent envoyer et recevoir des MMS, messages multimédias contenant des photos, des vidéos et de la musique accompagnés ou non d’un commentaire depuis leur mobile.Le GPRS permet aux clients Ikatel de se connecter directement depuis son mobile à Internet et recevoir ses emails, surfer sur le Net via son mobile, sans avoir besoin d’un PC. Cela est possible partout, où qu’il se trouve dans une zone couverte par le réseau.Ces efforts d’Ikatel pour la satisfaction de ses clients viennent d’être couronnés par l’obtention du Certificat ISO 9001, version 2000, de l’AFAQ. Ce certificat atteste que le système de management de la qualité mis en place permet de respecter les normes ISO et d’assurer la fiabilité et la qualité des services offerts aux clients.

68 milliards de FCFA vercés au titre de la licence, des impôts,…

Pour soutenir son rythme de croissance, Ikatel a engagé, depuis son arrivée sur le marché malien, des investissements importants pour construire et développer des infrastructures modernes de télécommunications sur l’ensemble du territoire national. A ce jour, le montant investi est estimé à 136 milliards de F CFA.

A la date du 31 décembre 2005, la contribution d’Ikatel à l’économie du pays se lit à travers les chiffres suivants. Il s’agit de 68 milliards de F CFA versés au titre de la licence, des impôts, taxes et cotisations sociales, du démarrage des activités à fin 2005 dont 8, 75 milliards de droits de douane. S’y ajoutent 5 milliards de F CFA de marges ont été générées en 2005 pour les partenaires distributeurs de cartes et gérants de télé centres, 17 milliards de F CFA de chiffre d’affaires l’ont été au profit des fournisseurs locaux, 16 milliards de F CFA de recettes en devises versées en 2005 pour les opérateurs étrangers de télé communications soit plus de 2,5 % des exportations de l’année 2005 contribuant ainsi favorablement à la balance commerciale du Mali et 17 milliards de F CFA de chiffre d’affaires supplémentaires ont été induits chez l’opérateur historique du fait des appels téléphoniques échangés entre les clients des deux réseaux. L’expansion d’Ikatel a été telle qu’elle a investi en 3 ans 136 milliards de F CFA, initialement prévus sur une période de 10 ans.

Ces investissements ont contribué de façon significative (9%) à la croissance du PIB de 7,6% au Mali contre une moyenne sous- régionale estimé à 3,7% dans l’UEMOA et 4,3% sur le plan mondial.

Une entreprise citoyenne

Ikatel est une entreprise qui participe au développement socio-économique du Mali sous diverses formes. Pour accompagner le développement social et culturel du Mali, Ikatel consciente de son poids dans l’économie du Mali, exprime sa volonté d’être une entreprise citoyenne par la mise en place d’une politique formalisée de mécénat, mise en œuvre à travers sa fondation d’entreprise.

En 2006, les interventions de la fondation dans les domaines de la santé, l’éducation et la culture ont porté essentiellement sur une serie d’actions. Il s’agit, notamment du don au ministère de la Santé d’un scanner numérique d’une valeur de 325 millions pour équiper l’hôpital Gabriel Touré, l’appui à la scolarisation des filles de concert avec l’UNICEF et la Fondation France Télécom dans le cercle de Bankass et le soutien aux personnes âgées. Il s’agit des interventions ophtalmologiques gratuites en partenariat avec le Conseil National des Personnes Agées.
», écrit Les Echos du 04 décembre 2006.

« Rarement, une société ou entreprise locale, mixte ou étrangère, a donné autant de satisfaction aux Maliens qui sont extrêmement exigeants. Mais Ikatel l’a fait. Tous les intervenants à la soirée VIP du 30 novembre ont reconnu à l’unanimité l’apport considérable d’Ikatel au développement socioéconomique du Mali. Sans verser dans un fair-play débordant, le ministre de la Communication et des Nouvelles Technologies a particulièrement rendu un hommage mérité à l’esprit d’initiative et au dynamisme démontrés par la direction et le personnel d’Ikatel au cours de ces trois dernières années. Le lancement officiel des activités de la société Ikatel le 24 février 2003 consacrait la volonté des autorités maliennes d’avancer résolument dans la réforme du secteur des télécommunications.

Selon le ministre Drabo, le choix d’accorder une licence d’exploitation à un deuxième opérateur obéissait à un double objectif : accélérer la couverture du territoire national ; améliorer et enrichir la qualité de l’offre des télécommunications aux citoyens maliens.

« L’action d’Ikatel au cours de ces dernières années a largement validé cette option d’ouverture et donc répondu aux attentes du gouvernement malien », a reconnu le ministre. M. Drabo de poursuivre que le gouvernement peut légitimement se féliciter des retombées positives de la saine concurrence que se font la Sotelma et Ikatel et qui a permis au pays de faire un bond considérable dans l’amélioration de sa télédensité et de démocratiser le téléphone.

Pour Gaoussou Drabo, les services dans le domaine des télécommunications ne sont plus de simples activités de vente, car les clients, de plus en plus exigeants, sollicitent, à des prix compétitifs, des services de proximité adaptés à leurs besoins et à leurs modes de vie.

A cet égard, « le changement de marque auquel procède Ikatel s’inscrit dans la logique même de son évolution et de ses succès » a-t-il dit. Il espère que Orange contribuera autant qu’Ikatel au désenclavement du Mali. Enfin, le ministre de la Communication et des Nouvelles Technologies souhaite que dans l’université de la grande famille Orange, la spécificité du membre Mali soit préservée et soulignée.
», écrit Le républicain du 04 décembre 2006.

Orange, la référence en matière de téléphonie mobile…

« La marque Orange débute au Royaume Uni en avril 1994, comme quatrième opérateur à s’implanter sur le marché britannique déjà très concurrentiel, avec un seul objectif, devenir la référence en matière de téléphonie mobile.

Pour s’imposer, Orange se démarque radicalement des autres, elle lance son réseau avec la facturation à la seconde. Orange s’est forgée, au fil du temps, une identité d’opérateur innovant, en proposant des services simples, audacieux et accessibles à tous. Elle a développé sa réputation en s’acquittant d’une promesse simple : être numéro un pour le service, la rentabilité et l’innovation.
Orange a été le premier opérateur mobile du monde à proposer un téléphone équipé d’un système d’exploitation Microsoft avec le Son Photo Vidéo (SPV) en Grande Bretagne.

Dix ans après son lancement, cette société a été le premier réseau du Royaume-Uni à fournir à ses clients un service de téléchargement de musique, suivi par un service commercial de télévision en 2005.

En l’an 2000, la marque est rachetée par le groupe France Télécom. Dès lors, elle est devenue l’une des plus vastes communautés d’opérateurs de téléphonie mobile au monde, qui dessert plus de 100 millions de clients dans 166 pays.
», écrit Les Echos du 04 décembre 2006.


Avantages dont le client bénéficiera avec l’arrivée de Orange …

« En devenant Orange, Ikatel souscrit, dira le Dg d’Orange Mali, à la volonté du groupe France Télécom d’unifier ses marques commerciales à travers le monde afin d’anticiper sur le jeu de la concurrence mondiale dans le secteur des télécommunications. Ikatel a rapproché les Maliens, Orange Mali promet de leur ouvrir le monde. Orange se réclame de certaines valeurs fortes comme le dynamisme, la transparence, l’audace, la confiance, la simplicité, l’innovation, la proximité, la responsabilité et l’exemplarité. », écrit Le républicain du 04 décembre 2006.

« … Alioune Ndiaye a déclaré qu’avec l’intégration d’Ikatel dans le réseau Orange, l’utilisateur d’une puce Ikatel a le pouvoir de communiquer avec un large panel de personnes dans un grand nombre de pays à travers la planète. Mais aussi de téléphoner de partout où Orange France est implantée dans le monde avec la même puce et ceci, à un coût réduit.

Didier Lombard, d’ajouter qu’avec l’adoption de la marque Orange, Ikatel saisit la formidable opportunité de commercialiser tous ses produits et services sous une marque internationale forte. Il rejoint ainsi une famille de plus de 100 millions de clients à travers le monde.

L’orateur a aussi révélé qu’en portant le nom Orange Mali, l’Ikatel et Sonatel paieront à Orange le port du nom.
», écrit Les Echos du 04 décembre 2006.


Didier Lombard, Pdg de France Télécom ne doute point que dans l’université de la grande famille Orange, la spécificité du membre Mali sera préservée et soulignée …

« De cela, le Pdg de France Télécom qui avait pris la parole avant le ministre, n’en doute pas, pas plus que la marque Orange sera proche des Maliens. Car, selon Didier Lombard, partout où Orange est présente en Afrique, les valeurs humaines et chaleureuses de la marque, ainsi que les innovations technologiques qu’elle apporte en font un label proche des citoyens du pays.

« Nous avons voulu être présents au Mali pour conforter la volonté du groupe France Télécom de faire de la marque Orange à travers le monde, le porte-étendard de notre savoir-faire dans le domaine des télécommunications », a souligné le Pdg de France Télécom.

A son avis, Orange au Mali constitue une ouverture du pays sur tous les pays où la marque est présente, avec pour les Maliens un apport technologique considérable, vecteur de développement socioéconomique.

Orange comme Ikatel selon Didier Lombard, l’arrivée d’Orange Mali n’est ni plus ni moins qu’un changement de vitesse, qui va un peu bousculer les habitudes, avec une autre façon de travailler, de nouvelles exigences et de nouveaux objectifs. Orange Mali n’ira pas aussi vite qu’Ikatel mais elle n’en sera pas moins performante, a-t-il révélé.
», écrit Le républicain du 04 décembre 2006.

« Le PDG de Francetélécom, Didier Lombard, l’un des patrons du CAC-40, s’est dit impressionné par le rythme d’expansion de Ikatel. Didier Lombard qui a été reçu en audience par le président de la République, Amadou Toumani Touré et par le Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga, a expliqué que l’un des objectifs majeurs de la société reste la couverture totale du territoire national, comme il s’y est engagé auprès des plus hautes autorités du pays. « Orange comptait 99 millions de clients à travers le monde. Avec le million de clients de Orange-Mali, nous arrivons à 100 millions, un chiffre rond, donc très symbolique », a souligné le patron français. », écrit L’Essor du 04 décembre 2006.

Orange Mali pour fêter son baptême a mis les petits plats dans les grands, la fête a été belle : soirée VIP, dîner gala, et feux d’artifices …

« Une campagne publicitaire originale, des rencontres avec la presse, une exposition d’oeuvres d’art, une cérémonie officielle de lancement, une soirée gala, des feux d’artifice, pour son passage à Orange la société de téléphonie Ikatel n’a pas lésiné sur les moyens.

Le clou de la série de manifestations ayant marqué ce grand virage, a été la cérémonie officielle de lancement de Orange-Mali. L’événement qui s’est déroulé dans la soirée de jeudi à l’hôtel de l’Amitié a réuni un parterre de personnalités dont cinq ministres : Gaoussou Drabo (Communication et Nouvelles technologies, le département de tutelle), Ousmane Thiam (Promotion des Investissements et des Petites et Moyennes Entreprises), Abou-Bakar Traoré (Économie et Finances), Oumar Hamadoun Dicko (Maliens de l’Extérieur et Intégration africaine), N’Diaye Ba (Artisanat et Tourisme).

Parmi le beau monde ayant assisté à la cérémonie, figurait le PDG de Francetélécom, Didier Lombard, le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, Jeanmille Bittar et nombre d’opérateurs économiques.
», écrit L’Essor du 04 décembre 2006.

« Vingt et un (21) coups de pétards ont illuminé le ciel bamakois au dessus des bords du fleuve Djoliba en cette nuit du 30 novembre au 1er décembre 2006 annonçant l’arrivée définitive de la marque Orange au Mali. Ce feu d’artifice bouclait, par un dîner gala de haut niveau, les festivités d’un baptême qui avaient débuté tôt le matin. Peu avant le dîner, le ministre de la Communication et des Nouvelles Technologies, Gaoussou Drabo avait présidé dans la salle Tombouctou du Sofitel Amitié la soirée VIP qui a enregistré la présence de quatre autres membres du gouvernement ; du Pdg de France Télécom, Didier Lombard ; du PCA Mali Alioune N’Diaye et de nombreux invités d’honneur.

Après la soirée VIP et au détour d’un cocktail délicieux, les quelques 200 invités se sont déportés dans les jardins du Sofitel Amitié pour un dîner gala mémorable. Les ministres Gaoussou Drabo et Ousmane Thiam (Promotion des Investissements et des petites et moyens Entreprises) étaient encore en première ligne en compagnie de Didier Lombard, Cheick Tidiane M’Baye et Alioune N’Diaye. Durant trois heures d’horloge, l’ensemble instrumental du Mali, Oumou Sangaré , Babani Koné et Salif Kéïta ont tenu en haleine les invités, partagés entre sonorités musicales et mets succulents. Les mêmes orateurs à la soirée VIP ont repris les mêmes propos au dîner gala qui a été marqué aussi par la remise de diplômes de reconnaissance aux ministres Drabo et Thiam. Mais, les deux temps forts et les surprises de la soirée auront été d’abord la découverte (une prestation de très jolies demoiselles) de la Chanson « Orange Mali » sous fond des voix sublimes de Salif Kéïta et Adja Soumano, puis l’impressionnant feu d’artifice qui a illuminé le ciel de Bozola entre 23 h et 23 h 10. Ce feu d’artifice a dégagé de toutes les couleurs dont l’orange comme Orange Mali.
», écrit Le républicain du 04 décembre 2006.

Lors de son séjour au Mali, pour le passage d’Ikatel à Orange, le PDG de France Télécom a accordé une interview au journal Les Echos. Intégralité de l’Interview dans Les Echos du 06 décembre 2006.

« Les Echos : Quel a été le contenu de votre entretien avec le président ATT ?

Didier Lombard : Nous avons passé deux messages : 1. On est investisseur durable au Mali. On n’est pas là pour 6 mois, pour 1 an mais pour l’éternité. On fait des investissements qui sont là pour être durable, pour occuper l’ensemble du pays en téléphone mobile dans un premier temps, puis, probablement, en internet et avec toutes les technologies modernes.

Le deuxième message, c’est que nous nous intéressons au rôle social d’un grand groupe comme France Télécom. Mais également de Orange Mali. Parce qu’on ne peut pas s’imaginer de fournir un téléphone à tout le monde et ne pas s’occuper de jouer un rôle social avec les populations que l’on couvre.
Donc, il y a eu déjà la Fondation Ikatel qui a joué un rôle important. La Fondation France télécom va continuer à travailler, de façon à avoir une image équilibrée par rapport aux populations. D’une part, on amène la communication et de l’autre, on s’occupe aussi d’aider les populations à s’intégrer dans le monde dans lequel l’on vit.

Les Echos : Qu’est ce qui explique les visées d’Orange sur l’Afrique ?

D. L : Il y a plus qu’une explication. Le groupe France Télécom pense que, c’est en Afrique que nous avons le meilleur atome pour se développer et de la façon dont nous l’avons fait, ici au Mali. On apporte une technologie, quelquefois des capitaux. On fait en sorte que les technologies de l’information se répandent le plus vite possible. Cela est un facteur de croissance et d’équilibre pour notre groupe qui opère aussi comme vous le savez en Europe, où les marchés sont plus proches de la saturation. Le marché africain est, heureusement, en pleine expansion et je pense que c’est du gagnant gagnant, parce qu’en fait, les technologies de l’information permettent le développement économique des zones dans lesquelles elles sont déployées.

La stratégie du Groupe France Télécom est d’investir en Afrique, comme on l’a fait ici au Mali, au Sénégal et dans d’autres pays du continent africain.

Orange, est une marque qui, avec le million de clients maliens qui nous rejoint, revendique 100 millions de clients dans le monde.

Les Echos : Et qu’est ce que les clients Maliens doivent attendre de plus avec Orange ?

D. L : C’est de faire une couverture intégrale des zones habitées du Mali, d’abord en téléphonie, puisque c’est le besoin nouveau que les citoyens reconnaissent comme étant un besoin fondamental et ensuite puisqu’on parlait de développer l’Internet, celui-là permettra d’enter dans la communauté Internet mondiale.

J’ai l’habitude de dire que dans le développement des technologies de l’information, tout le monde part avec la même chance quelque soit le niveau économique du pays dans lequel on règne. Je pense que c’est une formidable chance pour un pays qui va être équipé.

Orange, va améliorer librement les technologies de l’information pour le futur.

Les Echos : Et quel apaisement pour les clients ?

D. L : L’adoption de la marque Orange a été une décision du conseil d’administration d’Ikatel. C’est une offre que nous avons faite. Je crois qu’il y a eu une réflexion. Le conseil d’administration a décidé que c’était cela qui était mieux. Ce n’est pas juste un changement de nom, mais également, un renforcement de la puissance au-delà des frontières. Et au-delà des frontières, les clients bénéficient des avantages de Orange partout où ils seront dans un pays Orange. Nous sommes 220 pays et territoires. Cela donne une ouverture sur le monde qui correspond assez bien à la vocation du Mali.

Les Echos : Par rapport au Mali, quelles sont vos ambitions ?

D. L : La marque Orange a un certain nombre de valeurs qui sont, la simplicité, la transparence, l’intégrité, etc. Notre idée à l’heure actuelle est qu’il y a beaucoup d’opérateurs, qui peuvent offrir le service de téléphonie, mais il y en a peu qui peuvent être à la fois moderne et être simple. Parce qu’il s’agit d’offrir, au plus grand nombre l’accès, aux technologies les plus sophistiquées. Pour que cela fonctionne bien à l’Orange, il y a un mode d’accès au système pour que tout le monde puisse accéder de façon impérative sans avoir besoin d’être un informaticien professionnel. Tout ce qu’il y a derrière la politique, partout dans le monde, c’est l’accès du plus grand nombre aux technologies les plus modernes qui apportent quelque chose qui permet tout d’avoir un progrès économique.

Il y a un merveilleux laboratoire pour faire ça, c’est ici, parce que l’avancée a été tellement rapide qu’on voit tout de suite les résultats de ce qui a été fait.
 »

Propos recueillis par
Alexis Kalambry