Partager

L’expert indépendant des Nations unies sur la situation des droits de l’Homme au Mali, Suliman Baldo, est attendu dans le pays du 7 au 16 novembre. Objectif : évaluer l’évolution de la situation des droits de l’homme et la mise en œuvre de l’accord pour la paix et réconciliation, notamment les dispositions essentielles relatives aux droits de l’Homme.

Dans un communiqué, la Minusma annonce l’arrivée durant ce mois de l’Expert indépendant de l’ONU pour évalue! le Mali. « A la fin de ma dernière visite, j’ai lancé un appel aux parties maliennes à s’engager de nouveau dans la mise en œuvre effective des dispositions de l’accord pour qu’une paix durable puisse s’installer au Mali et les droits de l’homme de tous les maliens puissent être respectés », indique M. Baldo dans ce communiqué.

« Une paix durable devrait s’installer afin de promouvoir le développement socio-économique et culturel ainsi que la justice et la réconciliation. Je voudrais évaluer si on est sur le bon chemin », a souligné l’expert.

L’Expert indépendant a noté qu’il y a des défis importants, dont l’impunité pour les violations et abus des droits de l’Homme du passé et la lutte actuelle contre les groupes extrémistes. Selon lui, ce qui est important à ce stade, est de mettre une stratégie en place pour s’attaquer aux défis.

« J’ai toujours accordé une attention particulière aux violences faites aux femmes, y compris dans le cadre du conflit. Ces femmes ont un droit à une protection, à une justice en cas d’abus ou violation et à des réparations adéquates. Je voudrais voir s’il y a des avancées dans ces domaines », a-t-il dit.

Au cours de sa mission de dix jours, M. Baldo rencontrera les membres du gouvernement malien, ainsi que des représentants d’ONG, des médias, et d’associations de victimes. Il s’entretiendra également avec le corps diplomatique et l’équipe pays des Nations unies au Mali.

A la fin de sa visite, M. Baldo partagera ses observations préliminaires, conclusions et recommandations avec les médias. L’expert indépendant présentera son rapport et les résultats de sa mission devant le Conseil des droits de l’homme, en mars 2017.

Sory I. Konaté

05 Novembre 2016
©AFRIBONE