Partager


«Nous imaginons déjà tous les commentaires qui auraient accompagner une liste CNID avec 7 députés»


Suite à notre article paru dans L’Indépendant n° 1767 du mardi 31 juillet 2007, nous avons reçu ce droit de réponse du CNID daté du 2 août et signé de son Secrétaire à la Communication, Me Abdoulaye Ouane. Nous vous le proposons ci-dessous dans son intégralité.

Notre article «Législatives 2007 à Ségou Comment le maire de Markala a fait gagner la liste ADEMA CNID URD», donne l’occasion à notre parti de s’acquitter de deux devoirs particulièrement agréables qui lui tenaient fortement à coeur. Il s’agit de remercier les candidats de la liste ADEMA CNID URD pour l’atmosphère conviviale et solidaire de travail instaurée entre eux du début à la fin de la campagne.

Que Chaka DIARRA, Siga BOUARE, Boubacar DIARRA, Barou SOUMOUNOU, Penda TRAORE et Arsiké TOURE trouvent ici le témoignage de notre reconnaissance pour tous les égards qu’ils ont eu pour notre Président Mountaga TALL non seulement en le désignant unanimement tête de liste mais aussi pour leurs attentions de tous les jours et de tous les instants.

Il s’agit aussi avec vous de saluer les populations de Markala, «vieille cité ouvrière» qui par son «vote massif (a) creusé la différence avec plus de deux mille voix d’écarts».

Comment ne pas saluer cette marque de confiance en notre liste ? Comment ne pas reconnaître les mérites des « deux enfants du terroir » Barou SOUMOUNOU de l’Adema et de Boubacar DIARRA de notre parti ?

Je me rappelle encore que lors du grand meeting de campagne tenu à Markala, les deux cadets de Me TALL lui ont demandé d’être l’intervenant exclusif. Et tant mieux si le message est bien passé. Merci à Markala qui a donné à notre liste 73,13 % des suffrages contre seulement 26,86 % à la liste RPM MIRIA SADI PCR.

Nous serons incomplets voire ingrats si nous ne disons pas ici que cette confiance de Markala n’était pas un phénomène isolé tant notre liste suscitait l’adhésion.

Comment ne pas citer ici les communes de Souba avec ses 85513%, Sama Foulala (81,48 %), Sansanding (78,42 %), Bellendougou (76,36 %), Nkoumandougou (75,40 %), Baguidadougou (74,50 %), Farako (73,72 %). Ou encore Ségou commune avec ses 4878 voix obtenues par notre liste et l’écart de plus del 100 voix avec la liste RPM MIRIA SADI PCIR.

Devons nous continuer cette énumération ? Qu’il nous soit permis juste de reproduire le tableau récapitulant les résultats de Ségou, voir ci-dessous.

Vous comprendrez que dès lors, il n’est point besoin pour Me TALL, tête de liste, de vanter tel mérite personnel. Compulsez tous les journaux parus de 1990 à nos jours et vous ne verrez jamais Mountaga congratulé par Mountaga.

Permettez nous cependant de vous dire deux à trois choses :

1) Dieu qui est témoin de tout a tranché aujourd’hui sur qui a apporté quoi et à qui à Espoir 2002. Ce verdict est le seul qui vaille pour nous : «Allah yé tignè dèmè»,

2) Le CNID est fier d’appartenir à une liste modèle de ADP qui est la seule à intégrer 3 composantes de l’alliance et à s’ouvrir à d’autres partenaires,

3) Nous imaginons déjà tous les commentaires qui auraient accompagnés une liste typiquement CNID avec 7 députés : arrogance, égoïsme, absence d’esprit de partage et de solidarité. Le Mali compte 3 circonscriptions à 7 députés,

4) Croyez vous vraiment que si on peut obtenir 63 % la fraude soit nécessaire ? Vous faites un mauvais procès à notre liste et au ministre Seydou TRAORE,

5) Enfin nous croyions que la présidentielle avait permis à tous les maliens de comprendre que l’estime de nos citoyens ne tient pas à une plume, même bien tenue.

La leçon, assurément, n’est pas encore bien comprise.

Nous terminons par ce par quoi nous avons commencé : nos remerciements à notre équipe de campagne, à nos militants et électeurs et à celles et ceux qui ont crû en d’autres. Enfin à Ségou pour sa confiance renouvelée à Me TALL.


P/Le CNID-Faso Yiriwa Ton

Le Secrétaire à la Communication

Maître Abdoulaye G. Ouane



Notre réponse

«Allah yé tignè dèmè»

(Dieu a vraiment aidé la vérité)

Monsieur le Secrétaire à la communication du CNID, merci pour votre droit de réponse. Comme vous l’écrivez si bien «Allah yé tignè dèmè» (Dieu a vraiment aidé la vérité). Car vous confortez votre position.

Tout en prenant acte des résultats des communes de Souba, Sama Foula, Sansanding, Belledougou, N’Koumandougou, Baguidadougou et de Farako qui ont aussi réalisé des scores honorables à l’image de la commune de Markala, je vous demande : et Ségou ? La ville natale de Me Mountaga Tall que vous considérez à tort comme étant votre fief électoral.

Que dire des 4878 voix, soit 56,45 % des suffrages que la coalition ADEMA-URD-Mouvement Citoyen-CNID a obtenu contre les 3762 voix, soit 43,54 % pour la liste RPM-MIRIA-SADI ?

Ce résultat est en réalité l’effort de l’ADEMA, singulièrement du ministre de l’Agriculture Seydou Traoré qui est venu à la rescousse au 2è tour. Sinon pourquoi votre coalition a-t-elle mordu la poussière au premier tour à Ségou ?

Cher Me Ouane, la bataille de Espoir 2002 ou celle de l’ADP n’est pas notre problème. Cependant, la vérité est qu’en 2002, le CNID avait trois députés à Ségou : Madani Traoré, Karounga Diawara et Me Tall lui-même.

En 2007, avec l’ADP vous n’en avez que deux : Boubacar Diarra dit Lato qui, on le sait, est venu à la dernière minute du MIRIA pour porter secours à Me Tall, parce que issu d’une grande famille très respectée. Sans compter qu’il formait un duo de choc avec un autre enfant de Markala, Cheick Oumar Soumbougou dit Barou, par ailleurs maire. D’où la grande mobilisation des Markalais.

Loin d’être considérée comme une preuve «d’arrogance, d’égoïsme, d’absence d’esprit de partage et de solidarité», une liste typiquement CNID à Ségou serait synonyme d’assurance comme celle de SADI du Dr Mariko à Kolondiéba, de l’URD à Niafunké, l’ADEMA à Nara ou même du RPM en commune IV du district de Bamako. Hélas, le CNID n’a pas les reins solides dans son supposé fief pour faire autant que ces partis.

Parlant du ministre de l’Agriculture Seydou Traoré, vous vous faites l’avocat du diable. L’intéressé sait très bien où se situe la vérité. Pour le reste, Me Abdoulaye G. Ouane est libre de son appréciation. Même si à L’Indépendant, notre credo n’est pas de servir un homme, un parti, une idéologie, un programme – ces deux derniers étant hélas des denrées plutôt rares sous nos cieux – mais la démocratie et la République.

Dommage que Me Ouane ne l’ait pas encore compris.

Alassane DIARRA

06 août 2007.