Partager

Le procès de 75 personnes, dont neuf policiers, suite à des émeutes qui avaient fait plus de 70 morts à l’issue d’un match de football à Port-Saïd (nord), s’est ouvert mardi au Caire dans une ambiance houleuse, les accusés plaidant non-coupable. Le ministère de l’Intérieur, en coordination avec l’armée, a mobilisé en nombre les forces de l’ordre. Les accusés, portant l’habit blanc des détenus, ont plaidé « non-coupable » à l’ouverture de l’audience et récusé les charges de meurtre avec préméditation et de port d’armes prohibé pesant sur eux. Dans des scènes chaotiques retransmises en direct à la télévision, certains ont crié « Allah Akbar » (« Dieu est le plus grand ») ou sont montés sur des bancs à l’intérieur de l’espace grillagé réservé aux accusés, mettant en cause des responsables des services de sécurité jugés dans la même affaire. L’un des accusés a crié qu’il avait été convoqué en tant que témoin, mais s’était retrouvé inculpé à sa grande surprise. Le juge a dû brièvement suspendre l’audience, à laquelle participaient des membres des familles des victimes. Certains, en pleurs, portaient des portraits des disparus. Neuf policiers se trouvent parmi les personnes poursuivies dans ce drame dont le bilan officiel se monte à 73 morts, selon l’agence égyptienne Mena, contre 74 annoncés à l’époque. AFP