Partager

Partis politiques, groupements de femmes et de jeunes africains se sont réjouis du passage de notre compatriote, Alpha Oumar Konaré à la tête de la Commission de l’Union africaine. Parmi eux, figure la Coalition des ONG africaines en faveur des enfants (CONAFE). Qui par la voix de son président, Dr Moussa Sissoko, estime que de grandes avancées enregistrées aujourd’hui dans le cadre de la promotion et la protection des droits des enfants en Afrique, sont à mettre à l’actif du président sortant de la Commission de l’Union africaine.

Rapporteur spécial du comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant de l’Union Africaine, président de la Coalition des ONG africaines en faveur des enfants (CONAFE) Dr Moussa Sissoko tire un bilan très reluisant du mandat du professeur Alpha Oumar Konaré à la tête de la Commission de l’Union Africaine. Surtout dans le cadre de la promotion et de la protection du droit des enfants africains.

A en croire Dr Moussa Sissoko, les grandes avancées enregistrées aujourd’hui dans le cadre de la promotion des droits des enfants sont à mettre à l’actif du président sortant de la Commission de l’Union Africaine.

« Le Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant de l’Union Africaine a été adopté depuis juillet 1990 en même tant que la Charte africaine d’où il tire son mandat. Dix années se sont écoulées avant que ce comité ne soit opérationnel. C’est sous l’impulsion de notre compatriote, avec la création de l’Union Africaine, que le Comité a pu être fonctionnel, avec l’élection des onze membres. Et la mise en place d’un secrétariat pour promouvoir la Charte africaine sur les droits et le bien-être de l’enfant de l’Union Africaine« , s’est-il réjoui.

Cet effort du président Konaré pour la protection des droits des tout-petits fut reconnu par beaucoup d’Etats africains. Car quarante deux Etats dont le Mali, ont pu signer et ratifié la charte africaine des droits de l’enfant et six pays ont déposé leurs premiers rapports de mise en œuvre de ladite Charte.

Pour Dr Moussa Sissoko, qui est par ailleurs président de Mali-Enjeux (une ONG qui s’occupe de la formation, de l’insertion socioprofessionnelle des enfants) Alpha Oumar Konaré a ouvert de grands chantiers dans le cadre de la promotion du droit des enfants.

« Alpha a ouvert des chantiers de développement. Chaque Conférence des Chefs d’Etat est précédée par une série de réunions, d’Ateliers de réflexion sur l’avenir de l’Afrique. Qu’il s’agisse de forum des enfants, de la jeunesse, des femmes, de la société civile, ce véritable lieu du donner et du recevoir« , a-t-il souligné.

Outre cette affection envers les enfants africains, le président Konaré, ancien président de la République du Mali, était animé selon le Rapporteur spécial du Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant de l’Union Africaine, d’une grande vision panafricaniste.

A le croire Alpha Oumar Konaré est en avance pour sur ses pairs africains dans le cadre de la consolidation de l’unité africaine. « Son départ constitue un recul sans précédent, un retour à la case de départ pour l’Union Africaine« , a-t-il regretté.

Kassoum THERA

21 février 2008.